Le 7 Avril (Français)

Publié le 7 Avril 2019

Dieu nous fait naître et renaître. L’histoire du peuple de Dieu, nous révèle l’économie du salut, le plan d’incarnation de Dieu sur terre. Nous le savons que ce plan de salut reste marqué par un acte d’extrême violence, avec la mort en croix de Jésus. Cette mort en croix et sa résurrection constituent le fondement de la foi chrétienne. L’économie de salut reste donc scellée par cette expérience de violence et paix que la résurrection nous apporte.  

La rencontre de cette femme et la foule ensembles avec le seigneur nous montre un acte concret de l’économe du salut, et comment Dieu nous sauve. Nous l’avons entendu dans la première lecture « Ne faite plus mémoire des événements passés, ne songez plus aux choses d’autrefois. Voici que je fais une chose nouvelle ; elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? » Saint Paul nous en témoigne. La rencontre de Saul le soldat avec le Seigneur a fait naître Paul l’apôtre du Seigneur. Un homme totalement transformé, donnera sa vie à l’annonce de la Bonne nouvelle. En Jésus il a découvert une nouvelle vie, une vie totalement libre.

Si nous voulons renaître comme Paul, il faut regarder Jésus et son comportement et imiter le comportement de cette femme de l’évangile du jour. Tout le monde cherche une réponse concrète de la bouche du Seigneur. Jésus devant un peuple totalement agité, Jésus garda un silence, un  grand silence mystérieux. Ce silence nous parle, plus fort que la parole.  Jésus qui est bon, donne  un conseil judicieux à son  peuple qui a déjà jugé cette femme: « Celui d’entre vous qui  est sans péché, qu’il  soit le premier à lui jeter la pierre. »  Le silence du Seigneur a fait renaitre un silence salvifique. Ce silence nous aide à nous découvrir et à nous nous convertir. C’est dans ce silence intérieur qui a vidé la colère et l’agissement agressif que Jésus va remplir de sa miséricorde et de son pardon.

Regardons la femme, seule devant le Seigneur, pleinement habité par ce silence contemplatif. Elle n’est plus la même que celle qui avait  été amenée par les scribes et les pharisiens, remplie de peur et de honte. Elle est une créature nouvelle, se dispose devant le Seigneur de miséricorde. Elle n’est pas partie et elle reste avec le Seigneur, pour le juste jugement. Comme le Père qui a accueilli son fils prodige, le Seigneur ne voit rien chez-elle qui mériterait une condamnation. Une reconversion totale mérite  une absolution parfaite.  Le pardon est offert gratuitement à tous ceux et celles qui le demandent. Pour cela, il faut rester avec le Seigneur. Et il nous dira, « Va, et désormais ne pèche plus. »

Il est souhaitable qu’une fois  le pardon reçu, nous poursuivions  notre vie dans le Seigneur, en suivant le commandement de l’amour et du partage.  Il faut rester éveiller, entretenir notre âme et nourrir notre foi régulièrement. C’est ainsi, nous pouvons comme cette femme, totalement libérée, nous pouvons nous  rendre chez nous, rempli de miséricorde et d’amour.  

Aujourd’hui, je me mettrais dans la foule silencieuse qui écoute le Seigneur. J’ai besoin de l’écouter, d’être avec Lui et de sa présence.  Combien je  voudrais entendre cette Parole du Seigneur, « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »  Seigneur, mon libérateur, vient me sauver, et je chanterai, le Seigneur a fait merveille : me voici dans la joie. Amen.

 

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article