Le 12 Mars (Français)

Publié le 11 Mars 2019

Texte de l'Évangile

(Mt 6,7-15): 

«En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. 

»Voici donc comment vous devez prier: ‘Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!’. Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses».

 

L’Application

 

L’histoire du salut nous confirme, comment Dieu continue à nous accompagner, comme Il l’a fait d’autrefois. Permettez-moi de traduire cette prière dont Jésus nous a enseigné d’une manière différente, car cette prière nous demande d’engager, une action et non pas de réciter les mots. J’vous en explique.

Notre Père qui es aux Cieux.

D’abord, il faut établir une relation affective avec Dieu, une relation personnelle, en lisant tout le peuple du monde avec nous. Ici nous exerçons notre rôle de prêtre baptismal. Ce n’est pas mon Dieu, mais notre Dieu. Ce n’est plus mon prière, elle est notre prière.

Cette prière (aux cieux) me demande de me connaitre, mon état de vie, la vie humaine, une vie sur la terre, une vie avec ses limites, en fixant notre regard vers Dieu, qui est inimaginable, invisible, incompréhensible, inconnaissable, pourtant imaginable, visible, compréhensible, connaissable en Christ. Il n’est pas de la terre, pourtant proche à nous et avec nous.

Que ta volonté soit faite, Dans cette prière je m’engage à connaitre la volonté divine. Si je prie ‘que ta volonté soit faite’, je promets que je m’engagerais pour que sa volonté s’accomplisse à travers mes engagements positifs.

Donne-moi comme….. : c’est dans cet engagement je présente mes besoins. Sans connaitre la volonté divine, sans pouvoir nous nous engager à l’accomplissement de la volonté de Dieu, nous ne pouvons pas nous avancer dans cette prière. C’est ici la prière de supplication trouve son sens d’existence.

Pardon ; est un signe visible de mon engagement de la distribution de la grâce de Dieu, la grâce de la miséricorde. Je m’engage personnellement et avec les autres, qui ont besoin humainement de mon part, les signes visibles de ce pardon divin.

La gloire de Dieu : l’homme qui a savouré ce pardon rendra grâce à Dieu et il reconnaitra les œuvres divines en lui. Cet homme sera debout et juste devant Dieu et en conséquence, il sera libre. Un homme libre fera de facto gloire de Dieu.

 

«En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, car votre Père sait de quoi vous avez besoin»

Abbé Joaquim FAINÉ i Miralpech 
(Tarragona, Espagne)

Aujourd'hui Jésus, qui est le Fils de Dieu, m'apprend à me conduire comme un Fils de Dieu. Le premier aspect de cette conduite est d'avoir confiance quand je parle avec Lui. Mais le Seigneur nous prévient «ne multipliez pas de vaines paroles» (Mt 6,7). Car un enfant parle à ses parents d'une manière simple, sans complications, il leur demande ce dont il a besoin d'une manière direct et simple. J'ai toujours confiance d'être écouté car Dieu, qui est Père, m'aime et m'écoute. De ce fait, prier ce n'est pas mettre Dieu au courant de nos besoins, mais lui demander ce dont j'ai besoin, car «votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez» (Mt 6,8). Je ne serais pas bon chrétien si je ne prie pas, comme le fils ne serait pas un bon fils s'il ne parlait pas à ses parents. 

Le Notre Père est la prière même que Jésus nous a enseigné, et elle résume entièrement la vie chrétienne. Chaque fois que je prie le Notre Père je me laisse guider par Sa main et je prie pour ce dont j'ai besoin chaque jour pour devenir un meilleur Fils de Dieu. Je n'ai pas seulement besoin du pain quotidien, mais par-dessus tout du pain du ciel. «Demandons que nous ayons toujours le pain de l'Eucharistie». Nous demandons également à apprendre à pardonner et être pardonnés: «Afin de recevoir le pardon que Dieu nous offre, adressons-nous au Père qui nous aime», nous disent les paroles qui introduisent le Notre Père dans la messe.

Pendant le Carême, l'Eglise nous invite à approfondir l'oraison. «La prière, la conversation avec Dieu, es le don le plus haut, parce qu'elle constitue (…) l'union avec Lui» (Saint Jean Chrysostome). Seigneur, j'ai besoin d'apprendre à prier et ainsi avoir des résultats concrets dans le parcours de ma vie. Surtout, pour vivre la vertu de la charité: la prière me donne la force de m'améliorer chaque jour. Pour cela, je prie tous les jours qu'il m'aide à pardonner toutes les petites choses gênantes des autres, comme pardonner leurs paroles et attitudes offensives, et surtout à être sans rancune, ainsi je pourrai dire sincèrement, que je pardonne de tout mon cœur mes débiteurs. Je peux y arriver car j'aurai à tout moment l'aide de la Mère de Dieu.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article