Dimanche de joie

Publié le 31 Mars 2019

Nous entrons au quatrième dimanche de Carême, dimanche de rose, qui nous invite à la joie. En ce dimanche nous voyons déjà les signes de joie, la joie du père et la joie du peuple. Tous ensembles,  ils célèbrent le retour de fils du Père. L’évangile du jour, nous invite à participer à cette joie du Père. «  Je me lèverais j’irais vers mon père. » Dans les paroisses, cette parabole est proposée à la célébration commune du sacrement de la réconciliation. Certes, cette conscience réveillée a permis à ce fils de se découvrir, le présent et le passé  et finalement s’espérer en son Père. Il y a deux personnages importants : le Père et le fils.

Ce fils joue un rôle important dans notre vie quotidienne, car il nous ressemble. Très souvent nous nous associons à ce fils prodige, un fils égaré, une brebis dispersée. En prenant de l’importance de la conversion, nous devons nous lever et aller vers le père, la seule espérance.

Pourtant il y en a encore une personne  très importante, et je me permettrais de le dire, qu’il est plus important que le fils prodige pour nous, car en lui nous nous trouvons. En vérité, ce n’est pas le fils prodige qui nous ressemble, celui s’est convertis, mais le fils ainé qui refuse d’entrer et de participer à la fête. Comme lui, nous sommes généreux dans notre commentaire négatif et nous jugeons les uns les autres sans pitié.

Il vivait avec son père, malheureusement sans le connaitre. Il n’a pas pris conscience de la tristesse profonde de son père, un fils cher est disparu. Comment est-il arrivé que ce fils ainé n’ait pas reconnu la souffrance de son père, alors il était tout le temps avec lui ? Son comportement ne nous rappelle pas l’histoire d’un homme riche et le pauvre Lazare, totalement déconcerté et déconnecté? Il juge non seulement son frère, mais aussi s’accuse son père qui l’aime.

Son père traitera tous les deux fils équitablement. Puisqu'il est libre, il laissera ce fils aîné aussi libre. Dieu vient pour l'un et pour l'autre: Il sort à la rencontre du cadet, mais aussi à la rencontre de l'aîné. Entrer à la maison ou rester en dehors, est désormais à la propre main du fils aîné. Beaucoup de chrétiens du jour ont choisi de rester en dehors de l’Eglise du Seigneur, car ils ont aussi la raison. Pourtant l’évangile du jour, nous invite à participer à la joie du père, plein de miséricorde, car Il nous aime encore.

Il est important que nous entrions à la maison du Père et d’être avec le fils prodige, car dans cette maison se trouve la miséricorde divine, la gratuité de pardon.  En conséquence, participerons à la joie divine. Découvrons encore une fois ce Dieu nous attends, avec les mains ouvertes. Laissons-nous regarder par ce Dieu et ce regard nous aidera à grandir dignement comme ses enfants. Laissons-nous réconcilier avec Dieu, Amen.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article