Le 28ème Dimanche ordinaire (Français)

Publié le 13 Octobre 2018

L’évangile du jour est un chemin de la vie. Ce chemin est un chemin de sagesse qui nous aide à bien discerner non seulement les choses matérielles, mais aussi les choses spirituelles. Regardons encore une fois l’évangile du jour. Jésus est en marche, en marche vers nous, vers un peuple qu’Il aime. Un programme déjà lancé et il est en route. C’est ici il est obligé de faire une pause, par une profession de foi, ‘Bon Maître’. Puisqu’Il est bon, il faut qui s’arrête et qu’il écoute le souci de son peuple. Il écoutera soigneusement la demande de cet homme, et il ne s’arrêtera pas son parcours. Jésus va s’associé cette bonté à son Père, car Il est avec Lui. Jésus va le reprendre son chemin après avoir fait une pause, pour accomplir la volonté divine. Pour nous les chrétiens, il faut savoir s’arrêter et se reprendre, comme le Bon Samaritain, en faisant tout ce que nous pouvons faire, avec nos limites et nos capacités.

Pour avoir la vie éternelle, Jésus nous oriente encore une fois vers nous-mêmes avec les moyens qu’Il nous a déjà disposé. Voilà les écritures sacrées, l’histoire du salut, la tradition du peuple, les cultes que nous célébrons, etc sont-là pour nous accompagnement dans ce cheminement vers la sainteté.  Nous ne pouvons pas nous s’adresser justement devant Dieu, sans d’être fidèles à nos engagements baptismal. Si on est fidèle à nos engagements chrétiens, comme cet homme jeune, nous aurons un bon cadeau, un cadeau précieux, un regard divin, un regard rempli d’amour et de compassion. « Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. » Ce regard d’amour nous montera tout ce qui nous manque, comme il l’a fait à cet homme qui a cherché la vie éternelle.

C’est dans cet amour que le Seigneur lui proposa cette exigence. Une exigence hors de notre protée ? Certainement pas. Dieu lui a accordé une richesse matérielle et aussi spirituelle.  Ce désire pour la vie éternelle est une richesse spirituelle que Dieu déjà mis dans cœur. Pourtant cet homme n’a pas voulu utiliser ses richesses matérielles pour acquérir les richesses spirituelles. La solution était seulement céder tout ce qui t’empêche d’avancer dans la vie. Une vie de sainteté, ne peut s’attacher uniquement  aux biens charnels.

Enlever tout ce qui est mal et mauvais en nous, est une obligation. Même un petit enfant le sait sans lui faire une leçon de discernement. Enlever tout ce qui est bon en nous, particulièrement ce qui nous gêne de nous avancer, demande un processus de discernement, un discernement spirituel. Les biens que Dieu a accordés à cet homme avaient une finalité qu’il ignorait commodément. Puisque cette richesse l’empêchait d’avancer vers la sainteté qu’il désirait, le Seigneur lui proposa de s’éloigner de ses biens matériels.

Dieu n’est pas contre la richesse, pourtant il est contre la richesse que nous avons approprié disproportionnellement, contre la volonté divine. Dieu est contre la dureté de cœur qui refuse de partager avec les autres qui en ont besoin. Dieu créa le monde et Il le trouva bon. Heureusement, Il le trouve encore bon.

L’évangile du jour nous donne beaucoup d’espérance. Il nous invite à ne pas fermer notre cœur, mais à l’ouvrir à l’infini de Dieu. Dieu nous en rappelle, ‘il te manque une chose, une seule chose’. Il faut savoir te vider, pour que Je puisse te remplir avec la grâce et le bonheur.

Seigneur, je m’abandonne à toi. Que tu me prennes en grâce et que tu me bénisses. Je partage avec vous cette prière d’alliance que saint Ignace nous a donné pour terminer mon homélie. « Prends, Seigneur, et reçois toute ma liberté, ma mémoire, mon intelligence et toute ma volonté, tout ce que j’ai et tout ce que je possède, Tu me l’as donné ; à toi, Seigneur, je le rends. Tout est à toi, disposes-en selon ton entière volonté. Donne-moi ton amour et ta grâce. C’est assez pour moi. Amen.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article