24ème Dimanche Ordinaire

Publié le 16 Septembre 2018

La foi est un don que Dieu nous offre. Cette foi se fond sur la connaissance de la vérité, non seulement par les émotions et ressentiments. Cette croyance,  ‘Dieu est avec nous’, si elle ne nous transformer pas radicalement, si elle ne nous aide pas à nous engager pour les bien des autres, cette foi n’est pas une foi en vérité, mais seulement dans ma pensée et émotion, que je la montre si je trouve une personne qui partage cette pensée, émotion ou ressentiment. C’est pourquoi devant un échec de la vie, comme une maladie, ou divorce, ou la mort, nous perdons la foi.

 Aujourd’hui Jésus nous invite à regarder tout ce qui se passe autour de nous, à écouter tout ce que les autres disent, et à observer tous les mouvements de la société. Si nous ne regardons pas, si nous n’écoutons pas, et si nous ne savons pas observer les événements qui se passent autour de nous, comment pourrions-nous vivre notre vie pleinement ?  Il y a les personnes parmi nous qui sont capables de le faire, comme cet homme jeune et riche dans l’évangile qui a cherché le Royaume de Dieu. « Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? »

Jésus invite ses disciples à regarder à l’intérieur, ‘pour vous qui suis-je’, de l’extérieur Jésus  les amène à l’intérieur. La foi chrétienne est  à la foi personnelle et communautaire. Pour toi qui suis-je ? La foi nous aide à découvrir le Christ qui souffre dans le cœur des hommes. Si tu n’engages pas à enlever les souffrances de tes frères et sœurs, ta profession de foi, reste malheureusement émotionnelle et sentimentale, qui ne portera aucun fruit. Et Si tu n’arrives pas travailler avec les autres, particulièrement pour les biens des frères qui sont en difficulté, ta foi est fausse, et tu n’as pas la vérité en toi, nous confirme saint Jacques.

Dans cet évangile, il y a encore un autre élément qui est très important et aussi consolant.   Jésus accompagne ses disciples, jusqu’à la fin. Le niveau de la foi, même si elle soit dans la vérité, nous pouvons nous tromper dans notre discernement. Pierre associe ce Messie au royaume de la terre, avec les plaisirs et lux de la vie. Alors, ce Messie, s’associe à la Croix et à la résurrection. Voulons-nous d’être disciples du Seigneur ? « Pour toi, ‘qui suis-je ?’  Aujourd’hui cette question s’adresse à  nous tous.  Sommes-nous capables de Lui répondre avec une réponse concrète et sincère ?

Si nous disons oui à son appel, voici son exigence, « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. »Renoncer soi-même est devenir le Christ pour les autres. Prendre notre propre croix, est prendre les croix que Jésus porte encore pour toi et pour moi. Prendre notre croix, c’est aussi reconnaître notre croix et l’accepter telle quelle est. Marcher à sa suite est de se laisser conduire par Lui. C’est un appel personnel et individuel, mais avec une conséquence communautaire.   Pour toi, qui suis-je ?

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article