Joyeuse Pâques

Publié le 1 Avril 2018

Au matin de Pâques Marie Madeleine se trouvait devant le tombeau, et l’évangile du jour nous précise qu’il faisait encore les ténèbres. Les ténèbres, ne sont pas seulement un état naturel, mais aussi un état spirituel à l’intérieure de la personne. Remplie de tristesse profonde, elle se laissait animé par ses sentiment et émotion, sans les liés à la vérité. Nous sommes devant la vérité dont Pilate a voulu savoir, sans l’avoir cherché. Pierre comme nous l’avons entendu dans la première lecture se rappelle de tout ce dont il a vu, entendu et vécu et en rendra témoignage au monde entier.  Le vainqueur de la mort est devant nous  et en Lui nous mettons toute notre espérance.

La pierre est enlevée et la porte se trouve ouverte. Pourtant, beaucoup d’entre nous, comme Marie Madeleine, nous n’osons pas nous y avancer à découvrir la vérité. Il faut oser comme Moïse et découvrir nous-mêmes les merveilles de Dieu. Le Seigneur nous invite à Le découvrir, Le Ressuscité. Pour notre étonnement, nous découvrons aujourd’hui qu’il y avait les autres personnes que le Seigneur a préparées à sa résurrection : Marie Madeleine. Elle est choisie à être apôtre des Apôtres, car c’est elle la première, choisie et envoyée pour annoncer la résurrection. Par sa résurrection le Seigneur enlève les ténèbres qui habitaient dans le cœur de Marie Madeleine et Il l’a remplie avec espérance. La résurrection nous assure que toute pierre qui nous empêche d’avancer  sera enlevée par le Seigneur. 

Pierre et Jean, tous les deux ont couru ensembles, non pas avec la même vitesse. Un s’arrive en peu plus vite que l’autre. Pourtant il y a un protocole que Dieu a établis dans notre vie. Le premier sera toujours celui que Dieu a choisi dans notre vie. Non pas selon nos mérites, ou les talents ou les qualités qui nous habitent, plutôt selon la volonté divine.  Il faut savoir respecter ce protocole de la vie, et lui accorder la première place. Si nous ne respectons pas ce protocole de la vie, nous ne comprendrons jamais le mystère et nous allons nous perdre au nom du droit et de la liberté qui ne respecte rien que son intérêt personnel.  

L’homme dans son ignorance voit par tout le vide, et certainement pour Marie Madeleine qui aimait le Seigneur, le tombeau se trouvait vide. Pour un regard purement humain, qui n’est pas capable de percevoir plus loin de tout ce qui est visible ou palpable, verra ce vide par tout. Seulement, un homme de foi, qui sera capable de voir dans ce vide, les signes visibles et invisible de la vérité : la présence divine, le Ressuscité. Un homme de foi, voit partout et en tous, les œuvres divine. Dans la santé et aussi dans la maladie, dans la joie et dans le malheur, il verra son Dieu. Il vit et crut.

Qu’a-t-il  vu pour croire? Il a tout regardé, regarder simplement sans aucun préjugé.  Il se rappelait tout ce qu’il a appris et entendu de la bouche de son Maître. Il a ressenti une sérénité intérieure en regardant la manière dont les choses ont été arrangées. Dans notre vie, il faut reconnaitre et savoir regarder tout comme Dieu a fait, y compris dans notre déchirement familial. Je ne suis pas là pour dire que toute œuvre humaine est divine. Plutôt, Dieu n’abandonne personne.  Chacun a eu sa place et son importance. Il est capable de tout transformer. Rien n’était volé ou par hasard, tout été prévu, la mort et aussi la Résurrection. 

Comme Marie Madeleine, soyons les missionnaires de la résurrection, portons en nous l’espérance divine avec une Parole donne la Vie accompagné par les actes concrets. Que le Ressuscité soit notre lumière et que le Corps livré et le Sang versé pour nous soient la nourriture sur la route. Que ce Vainqueur soit notre Chemin, notre Vérité et notre Vie. Amen.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article