3ème Dimanche de l'Avent (Français)

Publié le 17 Décembre 2017

Nous entrons au troisième dimanche de l’Avant, avec le thème ‘une attente joyeuse’.  Toutes les lectures parlent de la joie, la joie promise par le Seigneur, à travers les prophètes et les écritures. Dieu qui se fait proche nous donne cette joie. Le prophète Isaïe nous précise que cette proximité est voulue par Dieu Lui-même, pour que l’homme soit libéré de tout, particulièrement de tout ce qui l’éloigne de Dieu. Tressaillez de joie, nous dit le prophète, car Dieu vient  nous sauver.  

Dans cette assurance de salut, nous sommes invités à chanter avec Marie, le magnificat, ‘Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit exulte en Dieu mon sauver. Car Il a fait des merveilles. Pour le chanter, il faut reconnaitre les merveilles que Dieu nous a faites. Cherchons non seulement à l’extérieures, mais au plus profond de nous-mêmes, dans notre intériorité, les biens que Dieu nous a fait, tout ce qu’Il nous fait et tout ce qu’Il nous ferra. C’est dans cette reconnaissance que notre vie elle-même se transforme comme une action de grâce.’ Avec Marie nous glorifions le nom de Dieu, Saint est son nom.

C’est pourquoi saint Paul a exhorté ses fidèles à rendre grâce à Dieu à tout le temps, en toutes circonstances. Pour les biens que nous avons reçus, nous pouvons facilement rendre grâce à Dieu. Comment pouvons-nous rendre grâce au Seigneur pour la maladie, pour le divorce ou la séparation, pour les catastrophes naturelles, pour les guerres, etc. ? En faisant confiance dans la bonté et dans la providence du Seigneur, nous mettons toute notre espérance dans la bien vaillance divine. Il est bon et Il ne nous abandonnera jamais.

Saint Jean le Baptiste nous le confirme en disant, ‘Il est avec nous et parmi nous’. L’enfant qui a trésaillé de joie, partage avec nous sa joie, la joie qui  identifie le Christ en nous. Nous ne devons que le décoder avec un mot de passe. Et le mot de passe est le BA (Bonnes Actions), rempli d’amour et de miséricorde. Il faut nous connecter à la personne, le Christ. Si on arrive à se connecter à la Personne, certes, nous serons un peuple heureux et joyeux malgré nos limites, nos maladies, etc. Si nous ne sommes pas heureux, nous avons la réponse nette et claire : nous ne sommes pas personnellement connecter à Jésus. Il faut savoir vivre notre vocation chrétienne d’une manière individuelle et communautaire, digne et concrète.

Pour cela, il faut nous poser la même question des prêtres et des lévites de l’évangile du jour, ‘qui es-tu ? et chercher la réponse sincère devant la vérité, comme Jean le Baptiste, ‘je ne le suis pas’. Beaucoup de nos contemporains disent avec la certitude, ‘‘je suis croyant’’. Ils oublient pourtant qu’ils sont non seulement croyants, mais aussi chrétiens. Quelle sont les signes visibles et invisibles que nous donnons  à ce monde que nous sommes chrétiens, les vrais et sommes-nous biens connecter à la personne, Jésus le Christ? En ce dimanche de joie, il faut faire une relecture de la vie. Jean le Baptiste était la voix du désert et toi, qui es-tu ?

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article