L'Homlie de ce Dimanche

Publié le 26 Novembre 2017

L’Eglise fête aujourd’hui, le Christ roi de l’univers. Roi et son royaume, n’est pas une chose que Dieu a désirée pour son peuple. C’était une demande contre la volonté divine et Dieu dans sa miséricorde l’accordait. Pour ce peuple Dieu Lui-même était leur Roi éternel. A travers les prophètes, Il le guidait et l’accompagnait.  L’image que Dieu se donne et nous propose pour mieux le comprendre est celle d’un berger. Nous l’avons entendu de la première lecture.

La brebis perdue, je la chercherai ;
l’égarée, je la ramènerai.
Celle qui est blessée, je la panserai.
Celle qui est malade, je lui rendrai des forces.

 

Si nous connaissons de l’histoire du salut, un roi, à l’image que Dieu nous propose, et que le peuple d’Israël fait encore louange, était David, qui était lui-même un berger, fidèle à son travail, au champ avec ses brebis, lorsque le prophète Samuel est allé le chercher.  Dieu est notre berger et les rois étaient choisis par ce Berger éternel pour paitre ses brebis.

Le Psaume 23 était une louange faite par le roi David à son Berger, Dieu notre berger. Il a ressenti cet accompagnement divin et Il a écoutait son Maître, Dieu.  C’est pourquoi il est sorti devant le Tente du Seigneur pour danser et chanter dans la joie,  comme un petit enfant. Certainement, ce comportement n’était pas accueilli pas sa femme, non plus par les élites de son époque. Car ils ont oublié comme aujourd’hui le rôle principal d’un roi : au service du peuple, comme un serviteur fidèle au Seigneur. 

Comment pouvons-nous reconnaitre ce roi ? C’est toujours par son jugement emballé de sa sagesse.  Aujourd’hui nous avons ce jugement définitif et nous découvrons que l’amour est  la seule mesure de jugement. Il faut faire une relecture de notre vie. Qui est notre roi et quel est son enseignement que nous écoutons et mettons en pratique ?

Si Jésus est notre roi, étais-je capable, selon son enseignement de m’aimer et de me pardonner les uns les autres comme Lui ?  Dans ma vie quotidienne, mes actions et mes pensées sont-elles animées par l’amour ou j’étais politiquement correcte ? La miséricorde était-elle le cœur de mes actions, ou j’appliquais seulement les lois établis par la société, ou même par l’Eglise ?

Il faut reconnaitre la question que le Seigneur nous pose aujourd’hui. Il ne nous demande pas si tu étais gentille avec ta femme ou avec ton mari. Il ne nous demande non plus si tu étais fidèle au mariage ou pris soin de tes enfants ou tes frères et sœurs. Pourquoi ces questions n’étaient pas une priorité pour le Seigneur ? Il me semble, si toi qui ne savait pas même t’aimer ta femme et ton mari, ou ton frère et ta sœur………………………………….. ? Ne sont-elles pas tes obligations ? 

Jésus nous demande de sortir de nos lieux de sécurités, laisser les portes ouvertes, savoir accueillir les faibles et les exclus de notre société. Si nous ne sommes pas capables d’identifier les affamés ou assoiffés, les étrangers ou malades, les prisonniers ou les personnes isolées, etc, comment pouvons-nous nous mettre à leur service ? Seigneur, aide-moi à reconnaitre non seulement le Christ Fils de Dieu, le Roi de l’univers, le Ressuscité, mais aussi le Christ pauvre, souffrant sur la Croix,  seul et abandonné, Amen.

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article