Dimanche de la Miséricorde

Publié le 23 Avril 2017

Une semaine est donnée pour savourer les fruits de la résurrection. Une semaine de joie et de bonheur qui nous amène vers cette communauté Corinthe qui était la première Eglise visible comme un signe véritable du Royaume de Dieu. Le premier fruit de la Résurrection est la paix et la réconciliation, une vie commune remplie d’amour qui ressemble celle de la Trinité.    Une communion parfaite et un partage par excellence sont les signes d’un homme libre qui s’invite à la fraternité et l’égalité qui sont les piliers de notre société actuelle.

Après avoir vécu une semaine dans la joie de la résurrection, nous voici devant le Ressuscité qui souffle l’Esprit Saint sur ses disciples qui va  les guider toute leur vie. Si on n’est pas guider et protéger par l’Esprit de vérité et d’amour, nous ne pouvons pas savourer la miséricorde divine.

Par décision du Pape Jean-Paul II, ce dimanche s'appelle Dimanche de la Divine Miséricorde.  Comme le Saint Père l'explique dans son encyclique Dives in misericordia, la Miséricorde Divine est la manifestation de l'amour de Dieu dans une histoire blessée par le péché. Dieu met notre condition misérable due au péché dans son cœur de Père qui reste fidèle à ses desseins. Jésus-Christ, mort et ressuscité, est la suprême manifestation et l'action de la Miséricorde Divine. «Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique» (Jn 3:16) et l'a envoyé à la mort pour nous sauver. «Pour racheter l'esclave tu livres le Fils», nous avons proclamé dans le Chant de la Victoire de la Veillée Pascale. Et, une fois ressuscité, Il s'est constitué lui-même en source de salut pour tous ceux qui croient en Lui. Par la foi et la conversion nous accueillons le trésor de la Miséricorde Divine.

L’évangile nous démontre la miséricorde divine à travers les apparitions de Ressuscité après la Résurrection. Il a envoyé Marie Madeleine vers ses disciples, plus tard, c’était les disciples d’Emmaüs, et à la fin Il est apparu Lui-même devant les Apôtres. Pourtant la porte trouvera toujours fermée et verrouillée. En comprenant la difficulté des Apôtres, le Seigneur reviendra encore une fois, particulièrement pour assurer Thomas, l’incrédule, celui qui refusa à croire. Il est pourtant intéressant de découvrir, c’était Thomas qui fera la véritable profession de foi, « Mon Seigneur et mon Dieu », le premier qui verra en Jésus, Le Dieu éternel.

Son incrédulité est la nôtre, nous sommes faibles. Comme lui, nous cherchons nous aussi les preuves tangibles et palpables. L’essential de la résurrection était profondément dans l’invisible. « Il vu et il crut ». Aujourd’hui je vous invite à découvrir non seulement l’accompagnement divin, l’invisibilité de la présence de Dieu dans notre vie, mais aussi  à recevoir l’Esprit Saint qui nous donne la force à participer à la mission confiée aux Apôtres.

En célébrant cette Eucharistie, nous demandons au Seigneur qu’il nous rende accueillants à ce don qu’il nous fait ; qu’il fasse de nous des vrais témoins de la miséricorde offerte à tous, même à ceux qui ont commis le pire. Que la profession de foi de Thomas soit la nôtre, et que nous arrivions à proclamer que le Seigneur est notre Dieu et notre sauveur. Soyons simplement miséricordieux comme notre Seigneur est miséricordieux. Il nous envoi comme les témoins de la Résurrection et particulièrement d’être les véritables signes de la miséricorde divine. Amen


Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article