Le 8 Novembre

Publié le 7 Novembre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 17,7-10): 

 

«Lequel d'entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs: ‘Viens vite à table’? Ne lui dira-t-il pas plutôt: ‘Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour’. Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres? De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous: ‘Nous sommes des serviteurs quelconques: nous n'avons fait que notre devoir’».

 

Le message

 

Très souvent nous sommes très déçus, car nous pensons que nous méritons une reconnaissance pour les actes bons et bien faits. En même temps nous oublions que nous donnons de tout ce que nous avons reçus du Seigneur et aussi des autres. En vérité ce n’est pas les autres qui ont oublié de reconnaitre, c’est nous-mêmes qui avons oublié de reconnaitre tous les biens que nous recevons quotidiennement de Dieu à travers les autres.   Nous n’avons pas reconnus les dons que Dieu nous a accordés déjà. Comme l’homme de la parabole de talents qui a enterré un seul talent qu’il a reçu, par le non utilisation des talents que Dieu nous a accordés, nous enterrons tous les moyens d’accéder aux bonheurs et joies que Dieu partage avec nous. Ne devenons pas les maîtres, plutôt reconnaissons que nous sommes les serviteurs du Seigneur. Nous nous mettons au service d’un Maître qui nous aime et qui cherche toujours les biens de nous. Apprenons à dire comme Maire, ‘voici la servante du Seigneur.’

 

«Nous n'avons fait que notre devoir»

Abbé Jaume AYMAR i Ragolta 
(Badalona, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, l'Évangile n'attire pas notre attention sur l'attitude du maître, mais sur celle des serviteurs. Jésus invite ses apôtres, en utilisant l'exemple de cette parabole à considérer l'attitude du service: le serviteur doit obéir et faire son devoir sans attendre récompense: «Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres?» (Lc 17,9). Nonobstant, cette leçon n'est pas la dernière à ce sujet. Jésus dira plus tard à ses disciples: «Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelés amis, parce que tout ce que j'ai entendu de mon Père, je vous l'ai fait connaître» (Jn 15,15). Les amis ne font pas les comptes. Si les serviteurs doivent obéir et faire leur devoir, d'autant plus les disciples de Jésus, ses amis, nous devons accomplir la mission que Dieu nous a confiée tout en sachant que notre travail ne mérite aucune récompense car nous l'exécutons joyeusement car tout ce que nous sommes et ce que nous avons est un don de Dieu.

Pour le chrétien tout est un signe, pour celui qui aime tout est un don. Travailler pour le Royaume de Dieu est notre récompense, et c'est pour cela que nous ne devons pas dire «Nous sommes des serviteurs quelconques: nous n'avons fait que notre devoir» (Lc 17,19) avec tristesse et à contrecœur mais nous devons le dire avec la joie de celui qui a été appelé à transmettre l'Évangile.

Ces jours-ci nous devons nous souvenir également de la fête d'un grand saint, d'un grand ami de Jésus qui est très populaire en Catalogne, saint Martin de Tours, qui consacra sa vie au service de l'Évangile du Christ. Sulpio Severo écrivit à son sujet: «Homme aux vertus ineffables, qui n'a pas été vaincu par la peine et ne pourrait être vaincu par la mort: il n'a pas voulu se laisser pencher d'aucun coté, ne craignant pas de mourir et ne refusant pas de vivre… Cependant les yeux et les mains toujours tendus vers le ciel, l'âme invincible, il priait sans relâche». Dans la prière, dans le dialogue avec l'Ami, nous trouvons effectivement, le secret et la force de notre service.

 

 

In English

 

Scripture:  Luke 17:7-10

7 "Will any one of you, who has a servant plowing or keeping sheep, say to him when he has come in from the field, `Come at once and sit down  at table'?  8 Will he not rather say to him, `Prepare supper for me, and gird yourself and serve me, till I eat and drink; and afterward you shall eat and drink'? 9 Does he thank the servant because he did what was commanded? 10 So you also, when you have done all that is commanded you, say, `We are unworthy servants; we have only done what was our duty.'"

 

The message

 

Many of us in our habitual thinking and behaving, would like to be master of what we say and do.  Some of us do give attention to what we say and do, particularly that these may produce good fruit not only for us, but also for others. Thus we imagine that a simple expectation of a basic credit for the good deeds and thinking is normal and expected. Happy to those who receive such recognition.  Today’s gospel message seems to be little hard to digest, though it is a crude truth that we are called to digest.

If we are already recognized for the good deeds, what else do we expect from the Lord, because He has already given the due of our work? Very often we are discouraged and disappointed, because we don’t see the fruit of our good deeds and our works are not recognized. Jesus is asking each and every one of us, have we in return recognized all that good deeds that the Lord is doing for us, even before we have asked for it? Have we recognized the good deeds that others have done for us? It is not that others haven’t recognized our deeds, rather it is we who fail to give due credit to others. We are very often like the person who has received one little talent and buried it. We haven’t discovered all that the Lord has given to us and still these talents remain unused and unrecognized. The moment we realise this basic truth, everything will change and our approach will be filled with gratitude and joy.

It is in this gratitude and joy that we can say like the Blessed Virgin Mary, ‘Behold the handmaid of the Lord.’  We commit ourselves in service of a Mater who loves us and desires always what is good for us. Why to become masters over this Creator who has sent His only begotten Son to save us? Shall we learn to be the humble servants of the Lord?

 

Daily Quote from the early church fathers

We are called to humble service, by Ambrose of Milan, 339-397 A.D.

"You do not say to your servant, 'Sit down,' but require more service from him and do not thank him. The Lord also does not allow only one work or labor for you, because so long as we live we must always work.
    "Know that you are a servant overwhelmed by very much obedience. You must not set yourself first, because you are called a son of God. Grace must be acknowledged, but nature not overlooked. Do not boast of yourself if you have served well, as you should have done. The sun obeys, the moon complies (Joshua 10:12-13; Baruch 6:60), and the angels serve... Let us not require praise from ourselves nor prevent the judgment of God and anticipate the sentence of the Judge but reserve it for its own time and Judge." 
(excerpt from EXPOSITION OF THE GOSPEL OF LUKE 8.31–32)

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article