Le 24 Octobre

Publié le 23 Octobre 2016

Texte de l'Évangile

(Lc 13,10-17): 

 

Jésus était en train d'enseigner dans une synagogue, le jour du sabbat. Il y avait là une femme, possédée par un esprit mauvais qui la rendait infirme depuis dix-huit ans; elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser. Quand Jésus la vit, il l'interpella: «Femme, te voilà délivrée de ton infirmité». Puis, il lui imposa les mains; à l'instant même elle se trouva toute droite, et elle rendait gloire à Dieu. 

Le chef de la synagogue fut indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat. Il prit la parole pour dire à la foule: «Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat». Le Seigneur lui répliqua: «Esprits faux que vous êtes! N'est-il pas vrai que le jour du sabbat chacun de vous détache de la mangeoire son boeuf ou son âne pour le mener boire? Et cette femme, une fille d'Abraham, que Satan avait liée il y a dix-huit ans, n'est-il pas vrai que le jour du sabbat il fallait la délivrer de ce lien?». Ces paroles de Jésus couvraient de honte tous ses adversaires, et toute la foule était dans la joie à cause de toutes les actions éclatantes qu'il faisait.

 

 

 

«Le chef de la synagogue fut indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat…»

Abbé Francesc JORDANA i Soler 
(Mirasol, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, nous assistons à un acte de Jésus qui proclame qu'il est le Messie. Face à ce fait, le chef de la synagogue s'indigne et sermonne les gens afin de les dissuader de venir se faire guérir le samedi: «Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat» (Lc 13,14).

J'aimerais que nous nous concentrions sur l'attitude de ce personnage. J'ai toujours été frappé de constater comme l'homme est parfois capable de se refermer, à tel point que, face à un miracle pourtant évident, ce à quoi il vient d'assister le laisse indifférent. C'est comme s'il n'avait pas vu ce qui vient de se passer et ce que cela signifie. Et la raison se trouve dans l'interprétation erronée des enseignements de Dieu par les juifs à l'époque. Pour certaines raisons —anthropologiques, culturelles, ou dessein divin— il est inévitable qu'entre Dieu et les hommes il y ait des conventions. Le problème est que les juifs faisaient de ces conventions un absolu. Or ces conventions ne les mettent pas en relation avec Dieu, mais ils restent bloqués dans leur propre convention. De ce fait, Dieu ne peut pas agir pour leur donner ses grâces, dons, amour et donc leur pratique religieuse n'enrichira pas leur vie.

Tout cela les conduit à une interprétation rigoureuse de la religion, à enfermer leur dieu dans leurs limites. Ils se fabriquent un dieu sur mesure et ils ne le laissent pas rentrer dans leur vie. Dans leur pratique de la religion, ils croient que du moment qu'ils obéissent aux règles tout est résolu. On comprend tout à fait la réaction de Jésus: «Esprits faux que vous êtes! N'est-il pas vrai que le jour du sabbat chacun de vous détache de la mangeoire son bœuf ou son âne pour le mener boire?» (Lc 13,15). Jésus dévoile ainsi que la pratique erronée du sabath n'a aucun sens.

La parole de Dieu devrait nous aider à examiner notre interprétation de la religion et nous aider à discerner si nos conventions nous mettent en rapport avec Dieu et avec la vie. C'est seulement à partir d'une interprétation correcte des règles que nous pourrons comprendre la phrase de Saint Augustin: «Aime et fais ce que tu veux».

Puisque nous les clarétains célébrons la fête du P.Claret, je vous propose aussi mon homélie pour cette occasion. Priez pour les clarétains et clarétaines. 

Homélie

 

Aujourd’hui nous célébrons la fête du P.Claret, le fondateur de notre congrégation et aussi la clôture de la semaine de la mission.  Ce jour de fête le Seigneur nous confie une mission, la mission de son Père : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. »

Le Seigneur nous envoie avec le Spirit Saint qui va nous accompagner et nous guider.  C’est par son soutient, par la consécration et l’onction que nous avons reçu lors du baptême, que nous nous avançons et nous osons à annoncer la Bonne Novelle. 

Puisque nous célébrons la fête du P.Claret regardons la manière dont qu’il a annoncé la bonne Novelle. La vie du P.Claret nous inspire et sa prière nous pousse comme lui de devenir un missionnaire à l’image des apôtres.  

Saint Antoine-M Claret n’était pas que seulement un prédicateur infatigable et fervent de missions populaire, il était  également un écrivant, qui a écrit pour tous, les prêtres, pour les religieux, pour les parents et les enfants, pour les adultes et jeunes mais d’un format petit, car il a dit le peuple est pressé et il n’a pas de temps pour lire un livre tout entier. La catéchèse des garçons et des filles constituait une des préoccupations majeures du saint. 

Le deuxième aspect de la mission était faire participer les laïcs à la mission du Seigneur. C’est pourquoi il a fondé plusieurs  associations de laïcs. Il l’a recommandait  à ses confrères clarétains très fortement. Il a dit « le missionnaire doit les promouvoir autant que possible en exhortant les fidèles à s’y inscrire. »

En regardant les associations que le P.Claret initié et soutenu, nous nous trouvons  devant un genre d’association non pieuse, mais orienté à combattre un mal concret. Je crois qu’aujourd’hui encore de plus, nous avons besoin de ce genre de l’initiative pour lutter contre le mal et la violence dans notre société présente.

Nous savons bien la dévotion du P.Claret à la Vierge Marie, et il se nourrit en lisant la Bible autant que possible. Il dépensait beaucoup de son temps devant le Saint Sacrement où se trouve la source de son zèle apostolique. Confions notre mission avec le Père Claret au soin du Seigneur. Qu’il nous guide et nous bénisse.  

 

 

In English

 

Scripture:  Luke 13:10-17   

10 Now he was teaching in one of the synagogues on the Sabbath. 11 And there was a woman who had had a spirit of infirmity for eighteen years; she was bent over and could not fully straighten herself. 12 And when Jesus saw her, he called her and said to her, "Woman, you are freed from your infirmity." 13 And he laid his hands upon her, and immediately she was made straight, and she praised God. 14 But the ruler of the synagogue, indignant because Jesus had healed on the Sabbath, said to the people, "There are six days on which work ought to be done; come on those days and be healed, and not on the Sabbath day." 15 Then the Lord answered him, "You hypocrites! Does not each of you on the Sabbath untie his ox or his ass from the manger, and lead it away  to water it? 16 And ought not this woman, a daughter of Abraham whom Satan bound for eighteen years, be loosed from this bond on the Sabbath day?" 17 As he said this, all his adversaries were put to shame; and all the people rejoiced at all the glorious things that were done by him.

 

The contemplation

 

The essential of our Christian life doesn’t depend on what we receive nor what we give, though apparently it may seems like to many of us. It is rather fully centred in God and how much are we able to understand the will of the Father and how much are we capable of accomplishing this divine will.  Once this aspect of life is understood, everything in life becomes secondary, including our own happiness, less important will be the law and the regulations of our society.  It is in this immersion of God’s will that we surrender fully to God and receive the necessary blessings and graces to accomplish the divine will. Here our life will be coherent to what we say and what we do. No hypocrisy, no hiding and nothing in secret.  Everything will be on open sky for the visibility for those who seek the truth.  A man of God is soo rooted in God that he is well aware of his or her infirmity and feel the divine healing by the miraculous intervention of God. For others these divine intervention remain as a mystery.  Let us pray to God that He may help us to understand  and identify that His work is still continue on this earth, which is alive and active in us.

 

Daily Quote from the early church fathers: 

Jesus overcomes death and destruction, by Cyril of Alexandria (376-444 AD)

"The incarnation of the Word and his assumption of human nature took place for the overthrow of death, destruction and the envy harbored against us by the wicked Serpent, who was the first cause of evil. This plainly is proved to us by facts themselves. He set free the daughter of Abraham from her protracted sickness, calling out and saying, 'Woman, you are loosed from your infirmity.' A speech most worthy of God, and full of supernatural power! With the royal inclination of his will, he drives away the disease. He also lays his hands upon her. It says that she immediately was made straight. It is now also possible to see that his holy flesh bore in it the power and activity of God. It was his own flesh, and not that of some other Son beside him, distinct and separate from him, as some most impiously imagine." (excerpt from COMMENTARY ON LUKE, HOMILY 96)

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article