Le 13 Octobre

Publié le 12 Octobre 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Luc 11,47-54.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quel malheur pour vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués.
Ainsi vous témoignez que vous approuvez les actes de vos pères, puisque eux-mêmes ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.
C’est pourquoi la Sagesse de Dieu elle-même a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres ; parmi eux, ils en tueront et en persécuteront.
Ainsi cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la fondation du monde,
depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, qui a péri entre l’autel et le sanctuaire. Oui, je vous le déclare : on en demandera compte à cette génération.
Quel malheur pour vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance ; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui voulaient entrer, vous les en avez empêchés. »
Quand Jésus fut sorti de la maison, les scribes et les pharisiens commencèrent à s’acharner contre lui et à le harceler de questions ;
ils lui tendaient des pièges pour traquer la moindre de ses paroles.

Le message

C’est triste que les auditeurs de Jésus n’aient pas compris le message de compassion divine et l’appel à la conversion, dans ce discours rejeté par les élites de la société. L’histoire de ce peuple que nous partageons restera un témoignage pour l’éternité. Jésus le véritable historien par excellence nous rappelle notre propre histoire.

Il faut veiller que n’héritions pas ce comportement dans notre vie quotidienne. Comme David, nous devons nous abandonner au Seigneur dans la confiance et sure de son amour. Paul nous rappelle une autre histoire où le Christ a versé son Sang. Il est important que nous apprenions de cette histoire sainte à respecter, à l’hérité dans notre vie quotidienne et finalement à la transformer comme notre propre histoire.

Commentaire du jour


Sévérien de Gabala (?-v. 408), évêque en Syrie
Homélie sur Caïn et Abel (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 1, p. 35 rev.)

« Un sang purificateur qui parle plus fort que celui d'Abel » (He 12,24)

Caïn et Abel avaient l'air d'honorer Dieu l'un et l'autre par un culte identique, mais en fait ils présentaient leurs offrandes avec des dispositions bien différentes. Celles de l'aîné n'avaient que l'apparence d'un don, celles du plus jeune, au contraire, témoignaient de sa révérence et de sa piété. De là sont nés des sentiments d'envie..., et Abel a été donc assassiné (Gn 4,3s)...

Je trouve en saint Abel l'image du Christ. Le Sauveur, certes, est le Juste par excellence..., mais parmi tous les hommes de l'ancienne alliance, le prince de la justice, c'est Abel... D'ailleurs le Sauveur lui-même a placé Abel à la tête la lignée des justes lorsqu'il a dit aux juifs : « Amen, je vous le dis, tout le sang des justes versé sur la terre depuis le début du monde retombera sur cette génération, depuis le sang d'Abel le juste jusqu'au sang de Zacharie, que vous avez assassiné entre le sanctuaire et l'autel »...

Chose admirable : parce qu'il a combattu le premier pour la justice, Abel a eu l'honneur de souffrir le premier pour la piété. Il est vraiment la préfiguration du Christ, qui a été mis à mort à cause de la vérité. Le sang d'Abel annonçait le sang du Christ : il criait de la terre (Gn 4,10) ; le sang du Seigneur crie lui aussi. Mais le sang d'Abel était supplication, le sang du Christ est la réconciliation du monde... C'est pourquoi l'apôtre Paul, faisant mémoire de l'un et de l'autre, confesse la supériorité du sang du Christ. Il écrit : « Nous nous sommes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, de la Jérusalem céleste, de myriades d'anges en fête, de l'assemblée des premiers-nés qui sont inscrits dans les cieux, du Dieu vivant, le Juge universel, des âmes des justes arrivés à la perfection et d'un sang purificateur qui parle plus fort que celui d'Abel » (He 12,22-24)... Oui, ce sang parle, il supplie pour les pécheurs, il intercède pour le monde. Le sang du Christ, c'est vraiment la purification du monde ; le sang du Christ, c'est la rédemption des hommes.

In English

Scripture: Luke 11:47-54

47 Woe to you! for you build the tombs of the prophets whom your fathers killed. 48 So you are witnesses and consent to the deeds of your fathers; for they killed them, and you build their tombs. 49 Therefore also the Wisdom of God said, `I will send them prophets and apostles, some of whom they will kill and persecute,' 50 that the blood of all the prophets, shed from the foundation of the world, may be required of this generation, 51 from the blood of Abel to the blood of Zechariah, who perished between the altar and the sanctuary. Yes, I tell you, it shall be required of this generation. 52 Woe to you lawyers! for you have taken away the key of knowledge; you did not enter yourselves, and you hindered those who were entering." 53 As he went away from there, the scribes and the Pharisees began to press him hard, and to provoke him to speak of many things, 54 lying in wait for him, to catch at something he might say.

Commentary of the day


Severian of Gabala (?-c.408), Bishop in Syria
Sermon on Caïn and Abel

“A blood for purification that speaks more eloquently than that of Abel ” (Heb 12,24)

Cain and Abel both appeared to worship God with exactly the same rites, but in reality they made their offerings with very different dispositions. Those of the elder only seemed like a gift whereas those of the younger bore witness to his reverence and piety. From this arose feelings of jealousy..., and so Abel was murdered (Gen 4,3f.)...

In holy Abel I find the image of Christ. For indeed, our Savior is the supremely Righteous One... But amongst all the men of the Old Covenant Abel was the prince of righteousness... Besides, our Savior himself placed Abel at the head of the line of all the righteous when he said to the Jews: “Amen, I tell you, the blood of all the righteous shed since the beginning of the world will be charged to this generation, from the blood of righteous Abel to the blood of Zechariah whom you murdered between the sanctuary and the altar”...

Here is a wonderful thing: because he was the first to fight for justice, Abel had the honor of being the first to suffer for his piety. He is a true prefiguration of Christ who was put to death for truth's sake. The blood of Abel foretold the blood of Christ: it cried out from the earth (Gen 4,10). Our Lord's blood cries out too; but the blood of Abel was a supplication, the blood of Christ the reconciliation of the world... That is why the apostle Paul, recalling both of them, confesses the superiority of Christ's blood. He writes: “We have approached Mount Zion and the city of the living God, the heavenly Jerusalem, and countless angels in festal gathering, and the assembly of the firstborn enrolled in heaven, and God the judge of all, and the spirits of the just made perfect, and Jesus, the mediator of a new covenant, and the sprinkled blood that speaks more eloquently than that of Abel” (Heb 12,22-24)... Yes, this blood speaks: it prays for sinners, intercedes for the world. The blood of Christ is truly for the purification of the world; the blood of Christ is our redemption.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article