Le 1er Octobre

Publié le 30 Septembre 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Luc 10,17-24.


En ce temps-là, les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. »
Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair.
Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire.
Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »
À l’heure même, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père. Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ; et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !
Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »

La contemplation

En ce jour de la fête de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, je vous propose une contemplation de la joie, une joie que nous avons reçue grâce à la foi que nous professons en Jésus Christ. « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez. » Seigneur comme un aveugle, je te supplie, ‘que je vois, Seigneur.’ Voir et saisir comme saint Jean devant ton tombeau. ‘Il a vu et il a cru.’ Tout ce que nous voyons et saisissons sont déjà un don que tu nous as offert. Un Père qui nous aime, un Dieu nous envoie son Fils pour que nous comprenions combien Il nous aime, qui peut nous l’éclairer sinon toi, qui es descendu du ciel ?

Entendre ta Parole est déjà un défi pour moi. Dans les bruits du monde, dans les agissements de mes inquiétudes, devant les confusions de mes discernements ou devant les carrefours, j’aimerais bien t’entendre. Comme Samuel, un enfant qui apprend à t’écouter, moi aussi, je le répète, ‘parle Seigneur, ton serviteur t’écoute.’ Puis-je entendre ce que tu aimerais que j’entende ?

Commentaire du jour


Saint Cyrille d'Alexandrie (380-444), évêque et docteur de l'Église
65e Homélie sur Luc (trad. Orval rev.)

La révélation du mystère caché dès avant la création du monde

Considérons les paroles que Jésus a adressées pour nous à son Père en parlant de nous : « Tu as caché toutes ces choses aux sages et aux savants, et tu les as révélées aux tout-petits. Oui, Père, tel a été ton bon plaisir ». En effet, Dieu le Père nous a révélé le mystère caché dès avant la création du monde dans le silence de Dieu, le mystère du Fils unique fait homme, le mystère connu d'avance avant la création du monde et révélé aux hommes dans les derniers temps (Rm 16,25; Col 1,26). Saint Paul écrit en effet : « Moi, qui suis le dernier de tous les fidèles, j'ai reçu la grâce d'annoncer aux nations païennes la richesse insondable du Christ, et de mettre en lumière le contenu du mystère tenu caché depuis toujours en Dieu, le créateur de toutes choses » (Ep 3,8-9).

Ce grand mystère de notre Sauveur, ce mystère digne d'être adoré, était donc caché dans la connaissance du Père, dès avant la création du monde. Nous aussi, nous sommes connus d'avance et prédestinés à être adoptés comme fils. Saint Paul encore nous l'enseigne quand il écrit : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis au ciel de toute bénédiction spirituelle dans le Christ. Il nous a choisis en lui avant la création du monde pour que nous soyons saints et sans tache devant lui ; dans son amour il nous a destinés par avance à l'adoption filiale, en lui, par Jésus Christ » (Ep 1,3-5). Le Père nous a donc révélé, à nous les petits, le mystère tu et caché de tous temps... « À vous, dit Jésus, il est donné de connaître le mystère du Royaume des cieux » (Lc 8,10), à vous qui avez cru, qui avez connu la révélation du Christ, qui entendez la Loi en son sens spirituel, qui êtes aptes à comprendre les prophéties, qui confessez que le Christ est Dieu et Fils de Dieu, à vous à qui le Père a trouvé bon de révéler son Fils.

In English

Scripture: Luke 10:17-24

17 The seventy returned with joy, saying, "Lord, even the demons are subject to us in your name!" 18 And he said to them, "I saw Satan fall like lightning from heaven.19 Behold, I have given you authority to tread upon serpents and scorpions, and over all the power of the enemy; and nothing shall hurt you. 20 Nevertheless do not rejoice in this, that the spirits are subject to you; but rejoice that your names are written in heaven." 21 In that same hour he rejoiced in the Holy Spirit and said, "I thank you, Father, Lord of heaven and earth, that you have hidden these things from the wise and understanding and revealed them to babes; yes, Father, for such was your gracious will. 22 All things have been delivered to me by my Father; and no one knows who the Son is except the Father, or who the Father is except the Son and any one to whom the Son chooses to reveal him." 23 Then turning to the disciples he said privately, "Blessed are the eyes which see what you see! 24 For I tell you that many prophets and kings desired to see what you see, and did not see it, and to hear what you hear, and did not hear it."

The contemplation

Today let us meditate on the mystery of divine revelation. We all as faithful believers wish to hear directly from God or at least a direct divine intervention. Though it is just and a holy desire, we have to humbly accept that the divine revelation is not something that we merit rather God decides in His own way, in His own time and in His own manner to accomplish His will. Thus like a little child we are asked to submit to the divine will. Our total surrender to the divine will is not however in a blind belief or faith, rather with certitude of divine goodness. Since God is the perfect goodness, there is no harm to surrender to this divine goodness. To surrender to the divine goodness we don’t need any proof or help. Simply learn to say YES like the Blessed Virgin Mary.

It is in this total surrender like a little child that God reveals to us. If we go to God like the wise men of this world, there is nothing to search or seek from the Lord. And even in the divine mercy God decides to reveal to us, we may not be able to perceive what is revealed to us. Only a simple and humble heart can cherish the immense joy that God accords to us in every divine revelation. Thus our faith and hope is based on the joy of professing this Divine eternal love of God for the humanity. Our simple prayer is ‘Lord let me see and hear.’ (Those who wish to have a different orientation of today’s gospel in a prayer format, do use the google translation of my French contemplation.)

Commentary of the day


Saint Cyril of Alexandria (380-444), Bishop, Doctor of the Church
65th Homily on Saint Luke’s gospel

The revelation of the mystery hidden before the creation of the world

Let us consider the words Jesus addressed on our behalf to his Father, speaking of us: “You have hidden these things from the wise and learned and revealed them to children. Yes, Father, for such was your gracious will.” And indeed, God the Father has revealed to us the mystery hidden in the silence of God from the creation of the world, the mystery of the only Son made man, the mystery known before the foundation of the world and revealed to us in the last days (Rm 16:25; Col 1:26). For Saint Paul writes: “To me, the very least of all the holy ones, this grace was given, to preach to the Gentiles the inscrutable riches of God and to bring to light what is the plan of the mystery hidden from ages past in God who created all things” (Eph 3:8-9).

So this great mystery of our Savior, this mystery worthy of our worship, was hidden in the Father’s mind even before the creation of the world. And we are also foreknown and predestined to be adopted as sons. Saint Paul teaches us about it again when he writes: “Blessed be God, the Father of our Lord Jesus Christ, who has blessed us in heaven with every spiritual benediction in Christ. He chose us in him before the creation of the world that we might be holy and blameless before him. In his love he destined us beforehand for adoptive sonship in himself, through Jesus Christ” (see Eph 1:3-5). Thus the Father has revealed to us – to us little ones – the silent, hidden mystery of all ages… “Knowledge of the mysteries of the kingdom of God has been given to you” (Lk 8:10), says Jesus: to you who have believed, who have known the revelation of Christ, who grasp the Law in its spiritual sense, who are capable of understanding prophecy, who confess Christ as God and Son of God, you to whom it has pleased the Father to reveal his Son.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article