Le 2 Août

Publié le 1 Août 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Matthieu 14,22-36.


Jésus avait nourri la foule dans le désert. Aussitôt il obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules.
Quand il les eut renvoyées, il gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul.
La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire.
Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer.
En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier.
Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! »
Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. »
Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! »
Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »
Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »
Après la traversée, ils abordèrent à Génésareth.
Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ; ils firent avertir toute la région, et on lui amena tous les malades.
Ils le suppliaient de leur laisser seulement toucher la frange de son manteau, et tous ceux qui le faisaient furent sauvés.

La contemplation

Je vous invite à contempler avec moi ‘à l’écart, pour prier.’ Cette solitude du bruit du monde, des agissements internes, les distractions extérieures sont nécessaires pour entrer dans une prière profonde. Toute la prière est une réponse à l'invitation du Seigneur et justement Jésus est allé à la rencontre de son Père. Dans cette rencontre comme Jésus, nous écoutons tout ce que Dieu nous dira. Dans cette écoute comme les enfants nous exprimons nos désirs et laissons Dieu s’exprimer son désire et sa volonté. En écoutant son désir et sa volonté nous allons méditer sur cette Parole de Dieu, qui nous amènera vers la contemplation, l’émerveillement de la bonté de Dieu. C’est ainsi un simple désire avec une écoute profonde deviendra une méditation, et cette méditation nous plongera dans une contemplation parfaite.

‘Viens’ est une invitation ouverte à tous les hommes de bonne volonté. Dieu est là pour nous encourager et nous aider à grandir dans la foi. Viens à la rencontre de Dieu, viens à découvrir la bonté de Dieu, viens à goûter la générosité de Dieu. Viens simplement regarder ce Dieu de miséricorde, et éprouver toi-même, combien Dieu t’aime.

Le troisième mot que je vous propose à méditer est, ‘se prosterner devant Dieu’. Une fois que nous avons découvert la merveille Dieu, il n’est pas difficile de nous prosterner devant ce Dieu, un Dieu tout puissant. Tant que nous n’ayons pas goûté cette bonté et générosité de Dieu, tant que nous n’ayons pas éprouvé nous-mêmes cet amour inépuisable, tant que nous n’ayons pas ressenti la présence divine et chaleureuse, nous ne pouvons jamais nous prosterner devant Dieu, dans la sincérité et dans la perfection. ‘Se prosterner’ est un des fruits de la contemplation.

Commentaire du jour


Isaac le Syrien (7e siècle), moine près de Mossoul
Discours ascétiques, 1ère série, n° 62 (trad. Touraille, DDB 1981, p. 331 rév)

Marcher sur les eaux, traverser le feu

Le savoir intellectuel ne nous libère pas de la peur. Mais celui qui marche selon la foi est totalement libre ; en vrai enfant de Dieu, il peut user librement de chaque chose. Ceux qui sont épris d'amour pour cette foi usent comme Dieu lui-même de tous les éléments de la création, car la foi a le pouvoir de faire une créature nouvelle à la ressemblance de Dieu...

La connaissance intellectuelle ne peut rien faire sans une base matérielle ; elle n'a pas l'audace d'accomplir ce qui n'a pas été donné à la nature. Le corps ne peut pas marcher sur la surface des eaux ; ceux qui s'approchent du feu se brûlent. Dès lors la simple connaissance se tient sur ses gardes ; elle ne se laisse jamais aller au-delà des limites naturelles. Mais la foi a le pouvoir d'aller plus loin et dit : « Si tu passes à travers le feu, il ne te brûlera pas. Et les fleuves ne t'engloutiront pas » (Is 43,2). Souvent la foi accomplit de telles choses aux yeux de toute la création. S'il avait été donné à l'intellect d'essayer de faire les mêmes choses, il n'aurait jamais osé.

Par la foi beaucoup sont entrés dans les flammes..., ils ont traversé le feu sains et saufs, et ils ont marché sur la mer comme sur la terre ferme. Toutes ces choses étaient plus hautes que la nature et contraires aux modes de la simple connaissance intellectuelle. Elles ont montré combien celle-ci était vaine en toutes ses voies et toutes ses lois. Vois-tu comme l'intellect observe les conditions de la nature ? Et vois-tu comme la foi va son chemin en marchant plus haut que la nature ?

In English

Scripture: Matthew 14:22-36 [alternate passage: Matthew 15:1-2, 10-14]

22 Then he made the disciples get into the boat and go before him to the other side, while he dismissed the crowds. 23 And after he had dismissed the crowds, he went up on the mountain by himself to pray. When evening came, he was there alone, 24 but the boat by this time was many furlongs distant from the land, beaten by the waves; for the wind was against them. 25 And in the fourth watch of the night he came to them, walking on the sea. 26 But when the disciples saw him walking on the sea, they were terrified, saying, "It is a ghost!" And they cried out for fear. 27 But immediately he spoke to them, saying, "Take heart, it is I; have no fear." 28 And Peter answered him, "Lord, if it is you, bid me come to you on the water." 29 He said, "Come." So Peter got out of the boat and walked on the water and came to Jesus; 30 but when he saw the wind, he was afraid, and beginning to sink he cried out, "Lord, save me." 31 Jesus immediately reached out his hand and caught him, saying to him, "O man of little faith, why did you doubt?" 32 And when they got into the boat, the wind ceased. 33 And those in the boat worshiped him, saying, "Truly you are the Son of God." 34 And when they had crossed over, they came to land at Gennesaret. 35 And when the men of that place recognized him, they sent round to all that region and brought to him all that were sick, 36 and besought him that they might only touch the fringe of his garment; and as many as touched it were made well.

Contemplation

I would like to propose to you all ‘walking on the sea’ for our contemplation. This walking on the sea has lot of spiritual richness for our contemplation. First of all, Jesus is walking on a troubled sea. Sea by its very nature in the biblical language represent the house of devil and darkness. Jesus’ walking on this sea shows that He has mastered all these and He is beyond of such troubles. Before contemplating on this act, this very act will lead us to the source, the prayer. Jesus was alone in prayer with the Father. This solitude which is privileged to the Father creates an ambiance of silence where He could listen without any distraction the Word of the Father and His will. This was the source and the Joy of Jesus.

If Jesus is inviting us, just like Peter was invited, it is not in the troubled water, rather into the victorious moment of life, where we are privileged to be with Him, as He is with the Father. This invitation is to taste the goodness of God, to see very closely how much God loves us, and experience in the very deep of our existence the divine mercy. It is to this divine encounter that Jesus has invited Peter and raised Him when he failed to persevere.

The culmination of the encounter ends with a perfect adoration and worship, which is also a fruit our contemplation. This worship is only possible in its perfection, if God invites us and raises. It’s not in our merit or good work, rather a mere gift that God choses to those who desire to participate in His holiness. Justly, God has accorded to Peter to raise and be liberated from the boat on which he was depending and surrender fully to Jesus, by crying, ‘Lord Save me’.

Commentary of the day


Isaac the Syrian (7th century), monk near Mosul
Ascetical discourses, 1st series, no. 62

Walking on water, passing through fire

Intellectual knowledge does not free us from fear. But those who walk in faith are wholly free. Such as these, as true children of God, can make free use of each thing. Those who are smitten with love for this faith make use of all the elements of creation as God does himself. For faith has the power to make a new creature after God’s likeness…

Intellectual knowledge cannot do anything without a material foundation; it doesn’t have the courage to carry out what it has not been given to nature to do. The body is unable to walk on the surface of water; those who draw near fire are burnt. Consequently mere understanding is set on its guard and never allows itself to go beyond its natural limits. But faith has the power to go even further and declares: “When you walk through fire, you shall not be burned, I will be with you; and the waters will not swallow you up” (Is 43:2 alt.). Faith often carries out such things in the sight of all creation. If it had been given to the mind to attempt to do the same things, it would never have dared.

Many have entered the flames through faith…, they have passed through fire whole and sound and walked on the sea as though on dry land. All these things were above nature and contrary to the ways of mere intellectual knowledge. They demonstrated how empty this latter was in all its ways and laws. Do you see how the mind observes the conditions set by nature? And do you see how faith goes its own way as it proceeds at a higher level than nature?

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article