Le 6 Juillet

Publié le 5 Juillet 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Matthieu 10,1-7.


En ce temps-là, Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité.
Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, nommé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ;
Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ;
Simon le Zélote et Judas l’Iscariote, celui-là même qui le livra.
Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains.
Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël.
Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche.

Commentaire du jour


Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
Commentaire sur l'évangile de Luc, V, 44-45 (trad. cf SC 45, p. 199)

« Et Judas l'Iscariote, celui-là même qui le livra »

« Le Christ appela ses disciples et en choisit douze » pour les envoyer, semeurs de la foi, propager le secours et le salut des hommes dans le monde entier. Remarquez ce plan divin : ce ne sont pas des sages, ni des riches, ni des nobles, mais des pécheurs et des publicains qu'il a choisis pour les envoyer, de crainte qu'ils ne semblent avoir été entraînés par l'habileté, rachetés par les richesses, attirés à sa grâce par le prestige du pouvoir et de la notoriété. Il a fait ainsi pour que la victoire vienne du bien-fondé de la vérité, et non pas du prestige du discours.

Judas lui-même est choisi, non par mégarde mais en connaissance de cause. Quelle grandeur de cette vérité que même un serviteur ennemi ne peut pas affaiblir ! Quel trait de caractère du Seigneur, qui préfère compromettre à nos yeux son jugement plutôt que son amour ! Il s'était chargé de la faiblesse humaine et n'a pas refusé même cet aspect de la faiblesse humaine. Il a voulu l'abandon, il a voulu la trahison, il a voulu être livré par son apôtre, pour que toi, si un compagnon t'abandonne, si un compagnon te trahit, tu prennes avec calme cette erreur de jugement et la dilapidation de ta bonté.

In English

Scripture: Matthew 10:1-7

1 And he called to him his twelve disciples and gave them authority over unclean spirits, to cast them out, and to heal every disease and every infirmity. 2 The names of the twelve apostles are these: first, Simon, who is called Peter, and Andrew his brother; James the son of Zebedee, and John his brother; 3 Philip and Bartholomew; Thomas and Matthew the tax collector; James the son of Alphaeus, and Thaddaeus; 4 Simon the Cananaean, and Judas Iscariot, who betrayed him. 5 These twelve Jesus sent out, charging them, "Go nowhere among the Gentiles, and enter no town of the Samaritans, 6 but go rather to the lost sheep of the house of Israel. 7 And preach as you go, saying, `The kingdom of heaven is at hand.'

Commentary of the day


Saint Ambrose (c.340-397), Bishop of Milan and Doctor of the Church
Commentary on Saint Luke's Gospel, V, 44-45 (cf SC 45, p. 199)

"And Judas Iscariot who betrayed him"

“Christ summoned his disciples and chose twelve of them” to send them out as sowers of the faith and to shed abroad his help and healing for humankind in all the world. Take good note of this divine plan: these were not the wise, nor the wealthy, nor those of high standing, but sinners and publicans whom he chose for sending out lest they might seem to have been drawn by natural ability, bought by riches, or drawn to his grace by the status attached to power and notoriety. This he did so that victory might come from the soundness of truth and not from the acclaim of speech.

Judas himself was chosen, not by oversight but in full knowledge of the implications. What greatness do we see in that truth that not even a traitorous servant can weaken! What a mark of our Lord's character that he should prefer, from our point of view, to compromise his judgement rather than his love! He had taken human weakness on himself and did not refuse even this aspect of human weakness. He sought to be forsaken, betrayed and delivered up by his apostle so that you, should a friend abandon you, a friend betray you, might take peacefully this error of judgement and the squandering of your goodness.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article