Le 30 Juillet

Publié le 29 Juillet 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Matthieu 14,1-12.


En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, apprit la renommée de Jésus
et dit à ses serviteurs : « Celui-là, c’est Jean le Baptiste, il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. »
Car Hérode avait fait arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et mettre en prison. C’était à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe.
En effet, Jean lui avait dit : « Tu n’as pas le droit de l’avoir pour femme. »
Hérode cherchait à le faire mourir, mais il eut peur de la foule qui le tenait pour un prophète.
Lorsque arriva l’anniversaire d’Hérode, la fille d’Hérodiade dansa au milieu des convives, et elle plut à Hérode.
Alors il s’engagea par serment à lui donner ce qu’elle demanderait.
Poussée par sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. »
Le roi fut contrarié ; mais à cause de son serment et des convives, il commanda de la lui donner.
Il envoya décapiter Jean dans la prison.
La tête de celui-ci fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l’apporta à sa mère.
Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps, qu’ils ensevelirent ; puis ils allèrent l’annoncer à Jésus.

Commentaire du jour


Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église
Homélies sur l’évangile de Matthieu, n°48, 2

La mort de Jean Baptiste

« Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean Baptiste »… Dieu voit et laisse faire ; il n'a pas lancé sa foudre du haut des cieux pour dévorer ce visage insolent ; il n'a pas ordonné à la terre de s'entrouvrir et d'engloutir les convives de ce banquet sacrilège. Pourquoi ? Pour préparer à son serviteur un plus beau triomphe et laisser une plus grande consolation à ceux qui le suivraient dans leurs maux… Un prophète et « le plus grand des prophètes », celui à qui le Fils de Dieu a rendu ce témoignage : « Parmi les hommes il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste » (Mt 11,9.11), cet homme admirable a été mis à mort à la demande d'une femme perdue, pour avoir défendu avec vigueur la Loi de Dieu. Par cet exemple, apprenons nous-mêmes à endurer courageusement nos propres souffrances...

Mais remarque le ton modéré de l'évangéliste qui, dans la mesure du possible, cherche des circonstances atténuantes à ce crime. Au sujet d'Hérode, il note qu'il a agi « à cause de son serment et des convives » et qu'« il fut contrarié » ; au sujet de la jeune fille, il remarque qu'elle avait été « poussée par sa mère »... Nous aussi, mes frères, imitons cette modération des apôtres. Plaignons les pécheurs ; ne critiquons pas les fautes du prochain ; cachons-les aussi discrètement que possible ; accueillons la charité en notre âme... Si quelqu'un t'humilie ou t'insulte, tu t'emportes, tu n'hésites pas à traiter ton frère comme un étranger, sans pitié ? Les saints n'agissent pas ainsi : ils pleurent sur les pécheurs, au lieu de les maudire. Faisons comme eux : pleurons sur Hérodiade et sur ceux qui l'imitent. Car on voit aujourd'hui bien des repas du genre de celui d'Hérode ; on n'y met pas à mort le Précurseur, mais on y déchire les membres du corps du Christ.

In English

Scripture: Matthew 14:1-12

1 At that time Herod the tetrarch heard about the fame of Jesus; 2 and he said to his servants, "This is John the Baptist, he has been raised from the dead; that is why these powers are at work in him." 3 For Herod had seized John and bound him and put him in prison, for the sake of Herodias, his brother Philip's wife; 4 because John said to him, "It is not lawful for you to have her." 5 And though he wanted to put him to death, he feared the people, because they held him to be a prophet. 6 But when Herod's birthday came, the daughter of Herodias danced before the company, and pleased Herod, 7 so that he promised with an oath to give her whatever she might ask. 8 Prompted by her mother, she said, "Give me the head of John the Baptist here on a platter." 9 And the king was sorry; but because of his oaths and his guests he commanded it to be given; 10 he sent and had John beheaded in the prison, 11 and his head was brought on a platter and given to the girl, and she brought it to her mother. 12 And his disciples came and took the body and buried it; and they went and told Jesus.

Commentary of the day


Saint John Chrysostom (c.345-407), priest at Antioch then Bishop of Constantinople, Doctor of the Church
Homily 48 on Saint Matthew's Gospel

The death of John the Baptist

"Give me here on a platter the head of John the Baptist." And God allowed it. He did not throw down his lightning from heaven to destroy that impertinent face; he did not order the earth to open and gobble up the dinner guests of that hideous banquet. God gave a more beautiful crown to a just man and thus left a magnificent consolation to those who, in the future, would be victims of the same injustices. Let us listen, then, all of us who, in spite of our honest life, have to suffer at the hands of evil people... The greatest among those born of women (Lk 7:28) was put to death at the request of an unchaste girl, of a lost woman; and for having defended the divine laws! May such considerations help us bear bravely our own sufferings...

But notice the moderate tone of the evangelist who, so far as possible, seeks extenuating circumstances with this crime. About Herod, he notes that he acted “because of his oaths and the guests” and that “he was distressed”; about the girl, the evangelist says she “had been prompted by her mother”… We too should not hate evil people, not criticize the faults of our fellow men, but hide them as discreetly as possible; let us welcome charity into our souls. For concerning this unchaste and bloodthirsty woman, the evangelist spoke with every possible moderation… You, on the contrary, do not hesitate to repay your fellow man with wickedness... Quite different is the way the saints behave: they weep for the sinners instead of cursing them. Let us do as they do; let us weep for Herodias and for those who imitate her. Because today, too, we see meals like Herod’s; it is not Christ’s forerunner who is put to death at them but Christ’s members who are torn apart.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article