Le 15 Juillet

Publié le 14 Juillet 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Matthieu 12,1-8.


En ce temps-là, un jour de sabbat, Jésus vint à passer à travers les champs de blé ; ses disciples eurent faim et ils se mirent à arracher des épis et à les manger.
Voyant cela, les pharisiens lui dirent : « Voilà que tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat ! »
Mais il leur dit : « N’avez-vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, lui et ceux qui l’accompagnaient ?
Il entra dans la maison de Dieu, et ils mangèrent les pains de l’offrande ; or, ni lui ni les autres n’avaient le droit d’en manger, mais seulement les prêtres.
Ou bien encore, n’avez-vous pas lu dans la Loi que le jour du sabbat, les prêtres, dans le Temple, manquent au repos du sabbat sans commettre de faute ?
Or, je vous le dis : il y a ici plus grand que le Temple.
Si vous aviez compris ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice,
vous n’auriez pas condamné ceux qui n’ont pas commis de faute. En effet, le Fils de l’homme est maître du sabbat. »

Commentaire du jour


Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Les Confessions, Livre 13, ch. 35-38

« Le Fils de l'homme est maître du sabbat »

Seigneur Dieu, toi qui nous as comblés de tout, donne-nous la paix (Is 26,12), la paix du repos, la paix du sabbat, le sabbat qui n'a pas de soir. Car cet ordre si beau des choses que tu as créées et qui sont « très bonnes » (Gn 1,31) passera lorsqu'il aura atteint le terme de sa destinée. Oui, elles ont eu leur matin, elles auront leur soir. Mais le septième jour n'a pas de soir, pas de couchant, puisque tu l'as sanctifié pour qu'il dure toujours. Au terme de tes œuvres « très bonnes », que tu as faites pourtant dans le repos, tu t'es reposé le septième jour ; c'est pour nous dire par ton livre qu'au terme de nos œuvres, qui sont très bonnes parce que c'est toi qui nous les as données (Is 26,12), nous aussi nous nous reposerons en toi au sabbat de la vie éternelle. Alors tu te reposeras en nous tout comme aujourd'hui tu agis en nous ; ainsi ce repos que nous goûterons sera le tien, tout comme les œuvres que nous faisons sont tiennes.

Toi, Seigneur, tu es à l'œuvre toujours et tu es toujours en repos... Pour nous, vient un moment où nous sommes poussés à agir pour le bien, après que notre cœur l'a conçu de ton Esprit, tandis qu'avant nous étions poussés à faire le mal quand nous t'abandonnions. Toi, Dieu uniquement bon, jamais tu n'as cessé de faire le bien. Quelques-unes de nos œuvres sont bonnes, par ta grâce il est vrai, mais elles ne sont pas éternelles ; après elles, nous espérons nous reposer dans ton ineffable sanctification. Mais toi, Bien qui n'as besoin d'aucun autre bien, tu es toujours en repos, parce que ton repos, c'est toi-même.

Qui parmi les hommes pourra donner l'intelligence de tout cela à l'homme ? Quel ange la donnera aux anges ? Quel ange à l'homme ? C'est à toi qu'il faut la demander, en toi qu'il faut la rechercher, à ta porte qu'il faut frapper. Et ainsi, oui, ainsi on recevra, ainsi on trouvera, ainsi la porte s'ouvrira (Mt 7,8).

English

Holy Gospel of Jesus Christ according to Saint Matthew 12:1-8.


Jesus was going through a field of grain on the sabbath. His disciples were hungry and began to pick the heads of grain and eat them.
When the Pharisees saw this, they said to him, "See, your disciples are doing what is unlawful to do on the sabbath."
He said to them, "Have you not read what David did when he and his companions were hungry,
how he went into the house of God and ate the bread of offering, which neither he nor his companions but only the priests could lawfully eat?
Or have you not read in the law that on the sabbath the priests serving in the temple violate the sabbath and are innocent?
I say to you, something greater than the temple is here.
If you knew what this meant, 'I desire mercy, not sacrifice,' you would not have condemned these innocent men.
For the Son of Man is Lord of the sabbath."

Commentary of the day


Saint Augustine (354-430), Bishop of Hippo (North Africa) and Doctor of the Church
Confessions, Book 13, chs. 35-38 (trans. Henry Chadwick, 1991)

“The Son of man is Lord even of the sabbath”

“Lord God, grant us peace, for you have given us all things” (Is 26:12). The peace of quietness, the peace of the Sabbath, a peace with no evening. For this entire most beautiful order of very good things will complete its course and then pass away since in them, by creation, there is both morning and evening. But the seventh day has no evening and no ending. You sanctified it to abide everlastingly. After your “very good” works, which you made while remaining yourself in repose, you “rested the seventh day” (Gn 2:2-3). This utterance in your book foretells for us that after our works which, because they are your gift to us are very good, we also may rest in you for the sabbath of eternal life. There also you will rest in us, just as now you work in us. Your rest will be through us, just as now your works are done through us.

But you, Lord are always working and always at rest... At one time we were moved to do what is good, after our heart conceived through your Spirit. But at an earlier time we were moved to do wrong and to forsake you. But you God, one and good, have never ceased to do good. Of your gift we have some good works, though not everlasting. After them we hope to rest in your great sanctification. But you, the Good, in need of no other good, are ever at rest since you yourself are your own rest.

Who can enable the human mind to understand this? What angel can interpret it to the angelic beings? What angel can help a human being to grasp it? Only you can be asked, only you can be begged, only on your door can we knock (Matt 7:7-8).

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article