Le 20 Juin

Publié le 19 Juin 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Matthieu 7,1-5.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ;
de la manière dont vous jugez, vous serez jugés ; de la mesure dont vous mesurez, on vous mesurera.
Quoi ! tu regardes la paille dans l’œil de ton frère ; et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ?
Ou encore : Comment vas-tu dire à ton frère : “Laisse-moi enlever la paille de ton œil”, alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi ?
Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. »

Commentaire du jour


Saint Jean Climaque (v. 575-v. 650), moine au Mont Sinaï
L'Échelle sainte, 10ème degré (trad. Bellefontaine 1978, coll. SO 24, p. 138 rev.)

« Qu'as-tu à regarder la paille dans l'œil de ton frère ? »

J'ai entendu certains parler en mal de leur prochain, et je les ai repris. Pour se défendre, ces ouvriers du mal ont répliqué : « C'est par charité et par sollicitude que nous parlons ainsi ! » Mais je leur ai répondu : Cessez de pratiquer une pareille charité, sinon vous accuseriez de mensonge celui qui dit : « Qui dénigre en secret son prochain, celui-là je le repousse » (Ps 100,5). Si tu l'aimes, comme tu le dis, prie en secret pour lui, et ne te moque pas de cet homme. C'est cette manière d'aimer qui plaît au Seigneur ; ne perds pas cela de vue, et tu veilleras très soigneusement à ne pas juger les pécheurs. Judas était du nombre des apôtres et le larron faisait partie des malfaiteurs, mais quel changement étonnant en un instant ! .

Réponds donc à celui qui te dit du mal de son prochain : « Arrête, frère ! Je tombe moi-même chaque jour dans des fautes plus graves ; dès lors, comment pourrais-je condamner celui-ci ? » Tu obtiendras ainsi un double profit : tu te guériras toi-même et tu guériras ton prochain. Ne pas juger est un raccourci qui conduit au pardon des péchés si cette parole est vraie : « Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés »... Certains ont commis de grandes fautes à la vue de tous, mais ils ont accompli en secret de plus grands actes de vertu. Ainsi leurs détracteurs se sont-ils trompés en ne s'attachant qu'à la fumée sans voir le soleil.

Les censeurs hâtifs et sévères tombent dans cette illusion parce qu'ils ne gardent pas le souvenir et le souci constant de leurs propres péchés... Juger les autres, c'est usurper sans honte une prérogative divine ; les condamner, c'est ruiner notre propre âme... Comme un bon vendangeur mange les raisins mûrs et ne cueille pas les raisins verts, de même, un esprit bienveillant et sensé note soigneusement toutes les vertus qu'il voit dans les autres ; mais c'est l'insensé qui scrute les fautes et les déficiences.

In English

Scripture: Matthew 7:1-5

1 "Judge not, that you be not judged. 2 For with the judgment you pronounce you will be judged, and the measure you give will be the measure you get. 3 Why do you see the speck that is in your brother's eye, but do not notice the log that is in your own eye? 4 Or how can you say to your brother, `Let me take the speck out of your eye,' when there is the log in your own eye? 5 You hypocrite, first take the log out of your own eye, and then you will see clearly to take the speck out of your brother's eye.

Commentary of the day


Saint John Climacus (c.575-c.650), monk on Mount Sinai
The Ladder of Perfection, 10th step

"Why do you notice the splinter in your brother's eye?"

I have heard some people speak ill of their neighbour and have rebuked them. To defend themselves, these evildoers have answered: “We are saying these things out of charity and concern for them!” However, I have replied: “Stop practising a charity like that or you will be accusing of deceit the one who said: 'Whoever slanders his neighbour in secret, him will I destroy,' (Ps 101[100],5). If you love him – as you claim – pray for him in secret and don't make a mock of the man. This is the way of loving that pleases the Lord; don't lose sight of it and you will take the greatest care not to judge sinners. Judas was of the number of the apostles and the thief was among the criminals but, in an instant, what an astonishing change!...”

So reply to anyone who speaks evil of his neighbor to you: “Stop, brother! I myself fall into the most serious faults every day; how could I now condemn this man?” Thus you will make a twofold gain: you will heal yourself and heal your neighbor. Not judging is a shortcut towards the forgiveness of sins, if this saying is true: “Do not judge and you will not be judged”... Some people have committed grave faults in the sight of everyone but, in secret, have carried out the greatest acts of virtue. Thus their detractors have been mistaken by focussing only on the smoke without seeing the sun...

Those who are hastily censorious and severe fall into this delusion because they don't keep the memory and constant care of their own sins before them... Judging others is shamelessly to usurp a divine prerogative; condemning them is to bring down our own souls... Just as a good grape-picker eats the grapes that are ripe and does not pick those that are green, so a watchful and sensible soul carefully takes note of all the virtues he sees in others; but it is the stupid man who keeps an eye on their faults and failings.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article