Le 4 Mars

Publié le 3 Mars 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Marc 12,28b-34.


En ce temps-là, un scribe s’avança vers Jésus pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? »
Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.
Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »
Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui.
L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. »
Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.

Le message

La vie chrétienne est reconnue par son amour, un amour qui ressemble à l’amour divin : s’aimer les uns les autres comme Jésus nous a aimé. C’est dans cet amour se fond notre foi. Si cette foi n’aide pas à vivre cet amour pleinement, à quoi sert cette foi que nous avons reçue.

Pour s’aimer les uns les autres comme Jésus nous a aimé, il faut reconnaitre combien Dieu nous a aimé en Jésus Christ. Donner la vie pour un saint, une élite de la société, un être célèbre, est toujours possible et facile, car le monde va louver ce sacrifice, mais donner la vie pour un pécheur, il est difficile et il monde aimerait l’ignorer. Jésus a donné sa vie pour nous qui sont faibles et infidèles à son amour.

En ce temps de carême portons en peu d’attention à la manière donc nous vivons cet amour reçu du Seigneur.

Commentaire du jour


Concile Vatican II
Constitution dogmatique sur l'Eglise dans le monde de ce temps « Gaudium et spes », § 23-24

« Il n'y a pas de commandement plus grand »

Parmi les principaux aspects du monde d'aujourd'hui, il faut compter la multiplication des relations entre les hommes que les progrès techniques actuels contribuent largement à développer. Toutefois le dialogue fraternel des hommes ne trouve pas son achèvement à ce niveau, mais plus profondément dans la communauté des personnes et celle-ci exige le respect réciproque de leur pleine dignité spirituelle. La révélation chrétienne favorise puissamment l'essor de cette communion des personnes entre elles ; en même temps elle nous conduit à une intelligence plus pénétrante des lois de la vie sociale, que le Créateur a inscrites dans la nature spirituelle et morale de l'homme...

Dieu, qui veille paternellement sur tous, a voulu que tous les hommes constituent une seule famille et se traitent mutuellement comme des frères. Tous, en effet, ont été créés à l'image de Dieu, « qui a fait habiter sur toute la face de la terre tout le genre humain issu d'un principe unique » (Ac 17,26), et tous sont appelés à une seule et même fin, qui est Dieu lui-même. À cause de cela, l'amour de Dieu et du prochain est le premier et le plus grand commandement. L'Écriture, pour sa part, enseigne que l'amour de Dieu est inséparable de l'amour du prochain : « Tout autre commandement se résume en cette parole : tu aimeras ton prochain comme toi-même... La charité est donc la Loi dans sa plénitude » (Rm 13,9-10 ; cf 1Jn 4,20). Il est bien évident que cela est d'une extrême importance pour des hommes de plus en plus dépendants les uns des autres et dans un monde sans cesse plus unifié.

Allons plus loin : quand le Seigneur Jésus prie le Père pour que « tous soient un..., comme nous nous sommes un » (Jn 17,21s), il ouvre des perspectives inaccessibles à la raison et il nous suggère qu'il y a une certaine ressemblance entre l'union des Personnes divines et celle des fils de Dieu dans la vérité et dans l'amour. Cette ressemblance montre bien que l'homme, seule créature sur terre que Dieu a voulue pour elle-même, ne peut pleinement se trouver que par le don désintéressé de lui-même.

In English

Gospel Reading: Mark 12:28-34

28 And one of the scribes came up and heard them disputing with one another, and seeing that he answered them well, asked him, "Which commandment is the first of all?" 29 Jesus answered, "The first is, `Hear, O Israel: The Lord our God, the Lord is one; 30 and you shall love the Lord your God with all your heart, and with all your soul, and with all your mind, and with all your strength.' 31 The second is this, `You shall love your neighbor as yourself.' There is no other commandment greater than these." 32 And the scribe said to him, "You are right, Teacher; you have truly said that he is one, and there is no other but he; 33 and to love him with all the heart, and with all the understanding, and with all the strength, and to love one's neighbor as oneself, is much more than all whole burnt offerings and sacrifices." 34 And when Jesus saw that he answered wisely, he said to him, "You are not far from the kingdom of God." And after that no one dared to ask him any question.

Commentary of the day


Vatican Council II
Dogmatic Constitution on the Church in the Modern World “ Gaudium et spes ”, § 23-24

"There is no other commandment greater than these"

One of the salient features of the modern world is the growing interdependence of men one on the other, a development promoted chiefly by modern technical advances. Nevertheless brotherly dialogue among men does not reach its perfection on the level of technical progress, but on the deeper level of interpersonal relationships. These demand a mutual respect for the full spiritual dignity of the person. Christian revelation contributes greatly to the promotion of this communion between persons, and at the same time leads us to a deeper understanding of the laws of social life which the Creator has written into man's moral and spiritual nature.

God, Who has fatherly concern for everyone, has willed that all men should constitute one family and treat one another in a spirit of brotherhood. For having been created in the image of God, Who "from one man has created the whole human race and made them live all over the face of the earth" (Acts 17:26), all men are called to one and the same goal, namely God Himself. For this reason, love for God and neighbor is the first and greatest commandment. Sacred Scripture, however, teaches us that the love of God cannot be separated from love of neighbor: "If there is any other commandment, it is summed up in this saying: Thou shalt love thy neighbor as thyself.... Love therefore is the fulfillment of the Law" (Rom. 13:9-10; cf. 1 John 4:20). To men growing daily more dependent on one another, and to a world becoming more unified every day, this truth proves to be of paramount importance.

Indeed, the Lord Jesus, when He prayed to the Father, "that all may be one. . . as we are one" (John 17:21-22) opened up vistas closed to human reason, for He implied a certain likeness between the union of the divine Persons, and the unity of God's sons in truth and charity. This likeness reveals that man, who is the only creature on earth which God willed for itself, cannot fully find himself except through a sincere gift of himself.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article