Le 2 Mars

Publié le 1 Mars 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Matthieu 5,17-19.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

Commentaire du jour


Saint Cyrille d'Alexandrie (380-444), évêque et docteur de l'Église
Homélie 12 ; PG 77, 1041s (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 174)

« Je ne suis pas venu abolir la Loi, mais l'accomplir »

Nous avons vu le Christ obéir aux lois de Moïse, c'est-à-dire que Dieu, le législateur, se soumettait, comme un homme, à ses propres lois. C'est ce que nous enseigne saint Paul...: « Lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils ; il est né d'une femme, il a été sujet de la Loi juive, pour racheter ceux qui étaient sujets de la Loi » (Ga 4,4-5). Donc, le Christ a racheté de la malédiction de la Loi ceux qui en étaient les sujets, mais qui ne l'observaient pas. De quelle manière les a-t-il rachetés ? En accomplissant cette Loi ; autrement dit, afin d'effacer la transgression dont Adam s'était rendu coupable, il s'est montré obéissant et docile à notre place, envers Dieu le Père. Car il est écrit : « De même que tous sont devenus pécheurs parce qu'un seul homme a désobéi, de même tous deviendront justes parce qu'un seul homme a obéi » (Rm 5,18). Avec nous il a courbé la tête devant la Loi, et il l'a fait selon le plan divin de l'Incarnation. En effet, « il devait accomplir parfaitement ce qui est juste » (cf Mt 3,15).

Après avoir pris pleinement la condition de serviteur (Ph 2,7), précisément parce que sa condition humaine le rangeait au nombre de ceux qui portent le joug, il a payé le montant de l'impôt aux percepteurs comme tout le monde, alors que par nature, et en tant que Fils, il en était dispensé (Mt 18,23-26). Donc, lorsque tu le vois observer la Loi, ne sois pas choqué, ne mets pas au rang des serviteurs celui qui est libre, mais mesure par la pensée la profondeur d'un tel dessein.

In English

Gospel Reading: Matthew 5:17-19

17 "Think not that I have come to abolish the law and the prophets; I have come not to abolish them but to fulfill them. 18 For truly, I say to you, till heaven and earth pass away, not an iota, not a dot, will pass from the law until all is accomplished. 19 Whoever then relaxes one of the least of these commandments and teaches men so, shall be called least in the kingdom of heaven; but he who does them and teaches them shall be called great in the kingdom of heaven.

Commentary of the day


Saint Cyril of Alexandria (380-444), Bishop, Doctor of the Church
Sermon 12; PG 77, 1041ff. (copyright Friends of Henry Ashworth)

"I have come not to abolish the Law but to fulfill it"

We see Christ submitting to the law of Moses; or rather, we see the lawgiver subject as man to his own decrees. The reason for this we learn from the wisdom of Saint Paul. He says...: "When the fullness of time had come God sent his Son, born of a woman, born under the law, to redeem those who were under the law" (Gal 4,4-5). Thus Christ ransomed from the law's curse those who were subject to the law but had never kept it. How did he ransom them? By fulfilling the law. Or to put it in another way, to blot out the reproach of Adam's transgression, he offered himself on our behalf to God the Father, showing him in all things obedience and submission. Scripture says: "As through one man's disobedience many were made sinners, so through one man's obedience many will be made righteous" (Rm 5,18). And so, Christ submitted to the law together with us, and he did so by becoming man in accordance with the divine dispensation. For: "It was fitting that Christ should do everything that justice required" (cf. Mt 3,15).

He had in all truth assumed the condition of a slave (Phil 2,7); and so, reckoned among those under the yoke by reason of his humanity, he once paid the half· shekel to those who demanded it, although as the Son he was by nature free and not liable to this tax (Mt 18,23-26). When you see him keeping the law, then, do not misunderstand it, or reduce one who is free to the rank of household slaves, but reflect rather on the depths of God's plan.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article