Le 29 Février

Publié le 28 Février 2016

Évangile de Jésus Christ selon

saint Luc 4,24-30.


Dans la synagogue de Nazareth, Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.
En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. »
À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

Commentaire du jour


Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
Des Sacrements, 1 (trad. Brésard 2000 ans C, p. 244 rev.)

Le Carême conduit au baptême

Tu t'es approché, tu as vu la fontaine baptismale, tu as vu aussi l'évêque près de la fontaine. Et sans doute est-il tombé dans ton âme la même pensée qui s'est insinuée en celle de Naaman, le Syrien. Car, bien qu'il ait été purifié, il avait cependant douté d'abord... Je crains que quelqu'un ait dit : « C'est tout ? » Oui, c'est vraiment tout : là est toute innocence, toute piété, toute grâce, toute sainteté. Tu as vu ce que tu as pu voir des yeux de ton corps... ; ce qu'on ne voit pas est bien plus grand..., car ce qu'on ne voit pas est éternel... Quoi de plus étonnant que la traversée de la Mer Rouge par les Israélites, pour ne parler à présent que du baptême ? Et pourtant ceux qui l'ont traversé sont tous morts dans le désert. Au contraire, celui qui traverse la fontaine baptismale, c'est-à-dire celui qui passe des biens terrestres à ceux du ciel..., ne meurt pas mais ressuscite.

Naaman était lépreux... À son arrivée, le prophète lui a dit : « Va, descends dans le Jourdain, baigne-toi et tu seras guéri. » Il s'est mis à réfléchir en lui-même et s'est dit : « C'est tout ? Je suis venu de Syrie jusqu'en Judée et on me dit : Va au Jourdain, baigne-toi et tu seras guéri. Comme s'il n'y avait pas des fleuves meilleurs dans mon pays ! » Ses serviteurs lui disent : « Maître, pourquoi ne fais-tu pas ce que dit le prophète ? Fais-le plutôt et essaie. » Alors il s'est rendu au Jourdain, s'est baigné et en est sorti guéri.

Qu'est-ce que cela signifie ? Tu as vu de l'eau, mais toute eau ne guérit pas ; par contre, l'eau qui a la grâce du Christ guérit. Il y a une différence entre l'élément et la sanctification, entre l'acte et l'efficacité. L'acte s'accomplit avec de l'eau, mais l'efficacité vient de l'Esprit Saint. L'eau ne guérit pas si l'Esprit Saint n'est descendu et n'a consacré cette eau. Tu as lu que lorsque notre Seigneur Jésus Christ a institué le rite du baptême, il est venu à Jean et celui-ci lui a dit : « C'est moi qui dois être baptisé par toi, et c'est toi qui viens à moi ? » (Mt 3,14)... Le Christ est descendu ; Jean qui baptisait était à ses côtés ; et voici que, telle une colombe, descendit l'Esprit Saint... Pourquoi le Christ est-il descendu le premier et ensuite l'Esprit Saint ? Pour quelle raison ? Pour que le Seigneur ne paraisse pas avoir besoin du sacrement de la sanctification : c'est lui qui sanctifie, et c'est aussi l'Esprit qui sanctifie.

In English

Gospel Reading: Luke 4:24-30

24 And he said, "Truly, I say to you, no prophet is acceptable in his own country. 25 But in truth, I tell you, there were many widows in Israel in the days of Elijah, when the heaven was shut up three years and six months, when there came a great famine over all the land; 26 and Elijah was sent to none of them but only to Zarephath, in the land of Sidon, to a woman who was a widow. 27 And there were many lepers in Israel in the time of the prophet Elisha; and none of them was cleansed, but only Naaman the Syrian." 28 When they heard this, all in the synagogue were filled with wrath. 29 And they rose up and put him out of the city, and led him to the brow of the hill on which their city was built, that they might throw him down headlong. 30 But passing through the midst of them he went away.

Commentary of the day


Saint Ambrose (c.340-397), Bishop of Milan and Doctor of the Church
On the Sacraments, 1 (trans. Edward Yarnold SJ)

Lent leads to baptism

After this you drew nearer, you saw the font itself, and you saw the bishop presiding over it. The thought which came into the mind of Naaman the Syrian, I am certain, must have come into yours: for though he was afterwards cleansed, he began by doubting... And if anyone should perhaps be thinking of saying: 'Is that all?', I say, indeed it is all. There truly is all, where there is all innocence, all devotion, all grace, all sanctification. You saw all you could see with the eyes of the body...; what is unseen is much greater than what is seen... for the things that are unseen are eternal.... Consider baptism, for example. What could be more extraordinary than this, that the Jewish people passed through the midst of the sea? And yet all the Jews who made that passage died in the desert. But he who passes through the waters of this font - that is, from earthly things to heavenly - he who passes through these waters does not die: he rises again.

As I was saying, Naaman was a leper. The moment Naaman came, the prophet told him: 'Go down to the river Jordan; bathe there and you will be cured.' Then he began to reflect within himself and to say: 'Is that all? I come from Syria to the land of the Jews and someone says to me: "Go to the Jordan, bathe there and you will be cured." As though there were not better rivers in my own country!' Then his servants said to him: 'Lord, why not do what the prophet says? Do it and see what happens.' Then he went to the Jordan, bathed there and came out cured.

What is the meaning of this? You saw the water, but not all waters have a curative power: only that water has it which has the grace of Christ. There is a difference between the matter and the consecration, between the action and its effect. The action belongs to the water, its effect to the Holy Spirit. The water does not heal unless the Spirit descends and consecrates the water. So you have read that when our Lord Jesus Christ instituted the rite of baptism, he came to John and John said to him: 'I need to be baptized by you, and do you come to me?' (Mt 3,14)... Christ went down into the water and it was John who was the minister and baptized him. And behold, the Holy Spirit descended as a dove... Why did Christ come down first and the Holy Spirit afterwards?... Why was this? It was in order that the Lord Jesus might not appear to have need of this mystery of sanctification, but that he himself might sanctify, and that the Spirit might also sanctify.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article