1 Juillet

Publié le 30 Juin 2015

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 8,28-34.


En ce temps-là, comme Jésus arrivait sur l’autre rive, dans le pays des Gadaréniens, deux possédés sortirent d’entre les tombes à sa rencontre ; ils étaient si agressifs que personne ne pouvait passer par ce chemin.
Et voilà qu’ils se mirent à crier : « Que nous veux-tu, Fils de Dieu ? Es-tu venu pour nous tourmenter avant le moment fixé ? »
Or, il y avait au loin un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture.
Les démons suppliaient Jésus : « Si tu nous expulses, envoie-nous dans le troupeau de porcs. »
Il leur répondit : « Allez. » Ils sortirent et ils s’en allèrent dans les porcs ; et voilà que, du haut de la falaise, tout le troupeau se précipita dans la mer, et les porcs moururent dans les flots.
Les gardiens prirent la fuite et s’en allèrent dans la ville annoncer tout cela, et en particulier ce qui était arrivé aux possédés.
Et voilà que toute la ville sortit à la rencontre de Jésus ; et lorsqu’ils le virent, les gens le supplièrent de partir de leur territoire.

Le message

Comment pouvons-nous décoder la manière donc Dieu agit dans notre vie ? Pour Abraham, ce n’était pas facile. Pourtant Il était à l’écoute de ce Dieu qui l’accompagnait. Comment pouvons-nous accepter cette expulsion injuste? Sarah avait-elle raison de faire une telle demande ? mmmmmmmmm, on ne sait pas. Tout ce qui est important dans cette histoire est la manière donc Abraham a agi devant une telle situation : Consulter Dieu avant prendre une décision si importante et grave.

Pourquoi Jésus a fait périr un troupeau de porcs ? Qui va rembourser financièrement au propriétaire ? On ne sait pas. Comme Abraham, le peuple de ce village a découvert la divinité en Jésus. Comme Pierre, le peuple demandait Jésus de quitter leur territoire. Une demande juste, car il se va petit devant un homme très grand avec le pouvoir divin.

Avons-nous une telle expérience divine ? ou ressenti petit devant la présence de Dieu ?

In English

Scripture: Matthew 8:28-34

28 And when he came to the other side, to the country of the Gadarenes, two demoniacs met him, coming out of the tombs, so fierce that no one could pass that way. 29 And behold, they cried out, "What have you to do with us, O Son of God? Have you come here to torment us before the time?" 30 Now a herd of many swine was feeding at some distance from them. 31 And the demons begged him, "If you cast us out, send us away into the herd of swine." 32 And he said to them, "Go." So they came out and went into the swine; and behold, the whole herd rushed down the steep bank into the sea, and perished in the waters. 33 The herdsmen fled, and going into the city they told everything, and what had happened to the demoniacs. 34 And behold, all the city came out to meet Jesus; and when they saw him, they begged him to leave their neighborhood.

The message

We have two different texts today without any direct connection. Abraham decides to send away his son born of a servant by the insitance of his wife, after consulting God. It is important that we always consult God before taking any serious decision and particularly when it is very close to our heart. This is possible only if we have a firm conviction that in God we will be consoled and find the joy.

In the Gospel Jesus is crossing to the other side, a village which is menaced by the demons. The result is though tragic for the owner of the troupe of the swine, for the villages at large, there is liberation from these evil spirits. It is in this wonderful freedom they discover the divinity of Jesus and His power over the evil. In the same way, they find their own unworthiness to welcome such a great personality in this village.

In these two events God is in full action, bring peace to them, but in a different way. God takes care of our needs and each and every one of us, though we may be different. All that is needed, is to call for the Lord and welcome the gift which is offered for us.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article