Le 1èr Avril

Publié le 1 Avril 2014

Le 1èr Avril

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

(Jn 5, 1-16)

À l'occasion d'une fête des Juifs, Jésus monta à Jérusalem.
Or, à Jérusalem, près de la Porte des Brebis, il existe une piscine qu'on appelle en hébreu Bézatha. Elle a cinq colonnades, sous lesquelles étaient couchés une foule de malades : aveugles, boiteux et paralysés.
Il y en avait un qui était malade depuis trente-huit ans.
Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu'il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Est-ce que tu veux retrouver la santé ? »
Le malade lui répondit : « Seigneur, je n'ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l'eau bouillonne ; et pendant que j'y vais, un autre descend avant moi. »
Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. »
Et aussitôt l'homme retrouva la santé. Il prit son brancard : il marchait ! Or, ce jour-là était un jour de sabbat.
Les Juifs dirent à cet homme que Jésus avait guéri : « C'est le sabbat ! Tu n'as pas le droit de porter ton brancard. »
Il leur répliqua : « Celui qui m'a rendu la santé, c'est lui qui m'a dit : 'Prends ton brancard, et marche !' »
Ils l'interrogèrent : « Quel est l'homme qui t'a dit : 'Prends-le, et marche' ? »
Mais celui qui avait été guéri ne le savait pas ; en effet, Jésus s'était éloigné, car il y avait foule à cet endroit.

Plus tard, Jésus le retrouva dans le Temple et lui dit : « Te voilà en bonne santé. Ne pèche plus, il pourrait t'arriver pire encore. »
L'homme partit annoncer aux Juifs que c'était Jésus qui lui avait rendu la santé.
Et les Juifs se mirent à poursuivre Jésus parce qu'il avait fait cela le jour du sabbat.

Le message

Jésus nous assure qu’il est avec nous. Il n’abandonne personne et aujourd’hui personne n’a le droit de dire qu’il n’y a personne pour l’aider. Chaque fois le Seigneur voit une personne vivre dans la solitude ou en ténèbres, Il viendra vers lui pour lui apporter la lumière.

Apprenons à imiter le regard du Seigneur qui cherche les personnes qui ont besoin de lui et évitons à tout pris le regard des autres qui portent un comportement de jugement qui ignore les souffrances des autres.

In English

Gospel text (Jn 5,1-3.5-16): There was a feast of the Jews and Je­sus went up to Jerusalem. Now, by the Sheep Gate in Je­rusalem, there is a pool (called Beth­zatha in Hebrew) surrounded by five galleries. In these galleries lay a multitude of sick people -blind, lame and paralyzed. There was a man who had been sick for thirty-eight years. Jesus saw him, and since he knew how long this man had been lying there, He said to him, «Do you want to be healed?». And the sick man answered, «Sir, I have no one to put me into the pool when the water is dis­turbed; so while I am still on my way, another steps down before me». Jesus then said to him, «Stand up, take your mat and walk». And at once the man was healed, and he took up his mat and walked.

Now that day happened to be the Sabbath. So the Jews said to the man who had just been healed, «It is the Sabbath and the Law doesn't allow you to carry your mat». He answered them, «The one who healed me said to me: Take up your mat and walk». They asked him, «Who is the one who said to you: Take up your mat and walk?». But the sick man had no idea who it was who had cured him, for Jesus had slipped away among the crowd that filled the place. Afterwards Jesus met him in the Temple court and told him, «Now you are well; don't sin again, lest something worse happen to you». And the man went back and told the Jews that it was Jesus who had healed him. So the Jews persecuted Jesus because He per­formed healings like that on the Sabbath.

The message

There many such people around us like this sick man in our society. The Lenten season gives us the courage to open our eyes and see their sufferings. There are many who are still longing to hear from us, “Do you want to be healed” or “can I do something for you?”

We avoid such wonderful occasion to serve people because of the elites in our society who very often become judgmental and insensible to the sufferings of these people. Jesus is asking us to imitate the way He looks at people and the way He responds to the need of these people, fully ignoring the negative comments that the elite society generously accords to Him. Let this Lenten season gives us a new light to go beyond the visible and reach to the invisible.

Rédigé par JOHNBOSCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article